Grande-Bretagne

Le 24 septembre dernier, les onze magistrats de la cour suprême du Royaume-Uni, à l’unanimité, jugeaient « illégale, nulle et sans effet » la suspension (« prorogation ») du Parlement décidée au début du mois par le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Au moment où cet éditorial est écrit, on ne dispose pas de toutes les informations sur l’attentat de Manchester, déjà revendiqué par l’organisation « État islamique ». Ce qui est certain, c’est que cet attentat qui a fait au moins 22 mortEs et 59 blesséEs est une saloperie.
Après en avoir écarté la possibilité à plusieurs reprises, la Première ministre britannique vient d’appeler à des élections législatives pour le 8 juin. Pourquoi ?
Le vote majoritairement anglais pour la sortie de l’Union européenne absorbe une très grande partie de l’activité politique depuis juin 2016...
Après la campagne et le vote sur le Brexit, le climat anti-migrantEs, déjà présent, s’est accentué...
La rapidité avec laquelle la Première ministre britannique Theresa May a cherché à rencontrer Donald Trump – elle a été la première cheffe de gouvernement à être reçue par le nouveau président – avec dans la foulée, une rencontre avec Erdogan (!), montre la détermination avec laquelle elle a
Depuis le référendum du 23 juin 2016, le gouvernement anglais n’avait guère précisé ses intentions quant à sa vision du Brexit. La dernière semaine a marqué le début de la clarification : la droite conservatrice accentue son offensive pro-patronale et anti-immigrés.
Interview de Stacey, militante au sein du collectif « Docs not cops » (« Médecins, pas flics ») étudiante en médecine, militante à Revolutionary Socialism in the 21rst Century (RS21) Propos recueillis en novembre 2016 et traduits de l
Après l’introduction de lois antisyndicales parmi les plus draconiennes en Europe, les patrons britanniques pensaient peut-être qu’ils s’étaient débarrassés des grèves. Mais voilà que depuis trois semaines, des milliers de grévistes britanniques leur apportent un sacré démenti.
Moins d’un an après avoir été élu dirigeant du Parti travailliste, Jeremy Corbyn a gagné de nouveau et de manière encore plus éclatante (62 %) qu’en 2015.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Grande-Bretagne