Grande-Bretagne

L’élection britannique du 12 décembre était, comme les politiciens et commentateurs de tous les camps s’accordaient à le dire, la plus importante depuis des décennies. 

Nous poursuivons ici la publication de l’étude consacrée à l’analyse des graves défaites subies par la gauche britannique, toutes tendances confondues, sous les gouvernements de Thatcher puis Blair.
Dans un article récent sur l’envahissement du champ universitaire britannique par des acteurs issus du secteur privé, publié par le quotidien britannique de centre-gauche, The Guardian 1, le journaliste-écrivain George Monbiot pointait le nombre impressionnant d’industri
Les étudiants poursuivent leur lutte contre l’augmentation des frais d’inscription. Leur mobilisation auto-organisée secoue l’apathie des directions syndicales.
Rage et indignation étaient à l’ordre du jour mercredi 10 novembre à Londres.
Après la grosse manifestation du 10 novembre, le mouvement des étudiants refusant le triplement de leurs droits d’inscription s’est encore renforcé. La vague qui balaye aujourd’hui le pays atteint le consensus politique comme un terrible coup de tonnerre.
Le gouvernement britannique de coalition entre Conservateurs et Libéraux-Démocrates utilise la crise du secteur bancaire comme prétexte pour une offensive d’austérité sans précédent qui frappe quasiment tous les groupes sociaux.
Le collectif « Right to Work », impulsé par le SWP et composé de secteurs syndicaux nationaux ou régionaux, a lancé une série de conférences pour construire la résistance face à la politique de coupes budgétaires du gouvernement Cameron.
À Londres, le mercredi 10 novembre, tout a changé.
Dimanche 31 octobre a eu lieu un important colloque national au King’s College of London, une des principales universités londoniennes.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Grande-Bretagne