Front de gauche

Alors que Jean-Luc Mélenchon se voit déjà en Premier ministre de cohabitation et assure « les gens » que « La France insoumise » peut remporter la majorité des sièges à l’Assemblée, les négociations font rage entre les diverses composantes à la gauche du PS...

Après les votes de ses élus au Sénat contre le texte sur l’énergie et au Parlement contre le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, sans parler du Traité européen, le Front de Gauche et le Parti communiste sont soumis à de nombreuses interpellations.
Ils en ont dit le plus grand mal de cette loi de finances, et à juste titre. En effet, fondamentalement injuste, cette première loi de finances de la majorité PS-EÉLV se situe de plein pied dans le cadre des politiques d’austérité, notamment dans la suite du TSCG défendu par cette même majorité.
Olivier Besancenot (NPA) a proposé dimanche aux formations se situant à gauche du PS, notamment le Front de gauche, d'organiser une "marche des licenciés", sur le modèle de la manifestation contre le traité budgétaire européen fin septembre.
Interrogé récemment, sur France 2, sur son attitude à l’égard du gouvernement, Jean-Luc Mélenchon répondait : « Opposant, non. Ce que je rejette dans ce mot, ce n’est pas la conflictualité avec les socio-libéraux, je l’assume.
À l’occasion de la fête de l’Humanité, tout aura été fait pour mettre sous l’éteignoir les contradictions qui traversent le Front de Gauche.
Mardi, à l’Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault a tenu son discours de politique générale, un discours en trompe-l’œil qui tente de donner le change.
Le Parti communiste a tenu une conférence nationale le 20 juin dernier après avoir fait voter sur deux jours l’ensemble des militants et militantes communistes.
Le second tour des législatives a confirmé pour le Front de Gauche ce que laissait supposer le premier. Des résultats insuffisants pour marquer un saut qualitatif, et même un recul du nombre de députés élus.
Marine Le Pen est peut-être en passe de réussir son pari et permettre le retour du Front national à l’Assemblée nationale.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Front de gauche