Front de gauche

Alors que Jean-Luc Mélenchon se voit déjà en Premier ministre de cohabitation et assure « les gens » que « La France insoumise » peut remporter la majorité des sièges à l’Assemblée, les négociations font rage entre les diverses composantes à la gauche du PS...

À quelques mois des régionales, le Front de gauche se divise une nouvelle fois sur la stratégie à mener face au PS entre ceux qui peuvent s’accommoder ici ou là d’alliances avec lui et ceux qui prônent l’indépendance complète. Nouvelle ou ultime crise ?
Aux élections départementales, 40 % des candidatures soutenues par EÉLV étaient des candidatures communes avec le Front de gauche. Mais aux régionales de fin d’année, EÉLV a décidé de se présenter seule...
Contrairement aux dernières municipales, le Front de gauche avait fait stratégie commune face au PS pour le premier tour des départementales. Mais cet accord aura été de courte durée, se fracassant en particulier sur les choix du PCF pour sauver un maximum d’éluEs.
Depuis plusieurs mois, le Front de gauche se lézarde. Les réunions de sa direction nationale sont épisodiques et ne comportent plus aucune décision... sinon de rester ensemble, et Mélenchon a quitté sa direction pour s’investir à fond dans son Mouvement pour une VIe République.
Les élections départementales 2015 se déroulent dans un contexte de crise profonde. Selon les derniers sondages, l’abstention risque une nouvelle fois d’être le grand gagnant (elle avait atteint 56 % en 2011)... juste devant le FN et la droite. Pour le PS, la défaite risque d’être sanglante.
Par Yann Cézard.  
Les dernières séquences électorales ont percuté Jean-Luc Mélenchon. Loin de passer devant le PS comme il le prétendait, le Front de gauche n’a obtenu qu’un peu plus de 6 %.
Beaucoup de soleil et beaucoup de monde cette année à la fête de l’Huma. Comme d’habitude, une partie du public est venue pour les concerts, mais la grande majorité était venue participer à la plus grande des fêtes populaires qui en est à sa 79e édition.
Le 25 août 2014, coup de théâtre : Hollande et Valls forment un nouveau gouvernement pour mettre leurs dissidents au pied du mur et accélérer la fuite en avant dans l’austérité. Cet article est bouclé ce jour même et ne peut préjuger de la suite.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Front de gauche