fraude fiscale

Le 15 mai, la cour d’appel de Paris a condamné l’ancien ministre de l’Économie et des finances Cahuzac à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, pour fraude fiscale et blanchiment, lui permettant ainsi probablement d’éviter la case prison. Justice de classe. 

Entretien avec Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac, suite au procès intenté à l’association par Apple.
Philippe Pascal est un inspecteur de l’URSSAF qui a mis en lumière et rendu publiques des affaires sur le travail dissimulé, la double comptabilité, les faux bilans, les abus de bien sociaux et la prise illégale d’intérêts pratiqué par l’homme d’affaires avignonnais et ancien président de la CCI
L’empire Apple, l’une des multinationales les plus puissantes au monde, accuse l’association Attac, suite à des actions de cette dernière, de « vandalisme » et d’« atteinte à la sécurité », et demande une astreinte de 150 000 euros en cas d’actions futures.
Après BNP Paribas, qui poursuit en justice Nicole Briend, militante d’Attac, coupable d’avoir participé en mars 2016 à une action de « fauchage de chaises », c’est désormais la multinationale Apple qui assigne Attac en justice. Le crime de l’association ?
La grande affaire macronienne du tournant 2017-2018, c’est le contrôle. Pas celui des fraudeurs fiscaux qui font perdre chaque année 60 à 80 milliards de recettes. Mais celui des chômeurEs et des bénéficiaires du RSA. 
Les Paradise Papers se sont invités dans l’actualité depuis plusieurs semaines, et les réactions du gouvernement ont été loin d’être à la hauteur. Un mutisme révélateur.
Kobe Steel emploie 37 000 salariéEs. Créée en 1905, la firme fournit des pièces à des grandes entreprises sur les cinq continents.
Les ordonnances Macron sur le travail prévoient un « droit à l’erreur » pour les patrons : l’insuffisance de motivation ne pourra plus constituer une cause de licenciement abusif à elle seule et contraindra seulement l’employeur à verser un mois de salaire en guise de « dédommagement ».
Ce mercredi 15 mars, la cour d’appel du Luxembourg a condamné les lanceurs d’alerte de Luxleaks : Antoine Deltour à 6 mois de prison avec sursis et à 1500 euros d’amende ; Raphaël Halet à 1000 euros d’amende.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à fraude fiscale