Françafrique

La mort de 13 soldats français au Mali, le 25 novembre dernier, a rappelé à celles et ceux qui l’auraient oublié que, même si les autorités communiquent peu à ce propos, l’armée française est toujours présente dans plusieurs pays africains, au nom de la « lutte antiterroriste ».

L'annonce de l'ignoble exécution de l'otage français Michel Germaneau par un groupe se réclamant d'Al-Qaida marque le fiasco complet de l'opération des forces spéciales françaises, avec l'appui de l'armée mauritanienne, dans le nord du Mali.
 
 
Comme il l’avait annoncé, Sarkozy a tenté de faire de cette grande messe françafricaine un nouveau symbole de sa prétendue politique de rupture. Mais derrière les effets d’affichage, la volonté de domination économique et politique reste inchangée.
 
Le 14 juillet à Paris, des unités militaires de 14 pays africains défileront sur les Champs - Elysées, au côté des troupes françaises.
Comme il l’avait annoncé, Sarkozy a tenté de faire de cette grand-messe françafricaine un nouveau symbole de sa prétendue politique de rupture. Mais, derrière les effets d’affichage, la volonté de domination économique et politique reste inchangée.
Pendant que Sarkozy essayait de défendre les intérêts de l’impérialisme français devant les chefs d’État africains qu’il recevait à Nice, un contre-sommet auquel ont participé les marcheurs sans papiers dénonçait la mascarade.
 
Les sans-papiers s’inviteront à la clôture du sommet France-Afrique qui doit se tenir du 31 mai au 2 juin.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Françafrique