Françafrique

La mort de 13 soldats français au Mali, le 25 novembre dernier, a rappelé à celles et ceux qui l’auraient oublié que, même si les autorités communiquent peu à ce propos, l’armée française est toujours présente dans plusieurs pays africains, au nom de la « lutte antiterroriste ».

Partira, partira pas ? Le retrait militaire français du territoire malien est censé commencer à la fin du mois d’avril. Or, des doutes commencent à se faire jour sur la réalité de ce retrait.
 
La France continue son offensive diplomatique pour obtenir le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU pour une intervention militaire au Nord Mali.
C’est donc sous le signe de l’amitié que François Hollande a reçu Blaise ­Compaoré président du Burkina Faso. Son haut fait d’arme fut de mener un coup d’état contre Thomas Sankara qui mit fin à une politique africaine indépendante des diktats de l’impérialisme français.
Un communiqué de l'association Survie (http://survie.org) sur la situation en Côte-d'Ivoire et les prises de position de F. Hollande depuis sa prise de fonction.

Avec la crise économique les rumeurs se font de plus en plus pressantes sur la dévalorisation du Franc CFA; ceci occasionne de multiples débats sur l’opportunité, ou non, pour les pays africains qui en sont membres de sortir de ce système.
 
Le président du Rwanda, Kagamé, rencontrait il y a quelques semaines Nicolas Sarkozy. Les commentateurs ont relevé que Kagamé n’exigeait aucune excuse de la France. Pourtant sa responsabilité dans génocide de 1994 est avéré.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Françafrique