fiscalité

Dans l’édition 2019 de son « portrait social », l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), peu suspect de sympathies anticapitalistes, confirme ce que nous répétons depuis le début du mandat de Macron : les politiques, notamment fiscales, de celui qui se présenta

Selon un rapport publié par l’Insee le 16 octobre, l’indice de Gini, qui mesure les inégalités, devrait progresser en 2018, de même que le taux de pauvreté. Des conséquences directes des politiques mises en œuvre par Macron.
Parmi les premières mesures de Macron, il y avait la suppression de l’essentiel de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et la mise en place du « prélèvement fiscal unique » (PFU) qui a accordé aux revenus du capital une fiscalité « low cost » par rapport aux salaires.
L’économiste Thomas Piketty vient de publier un nouveau livre de 1 232 pages intitulé Capital et idéologie. Il approfondit sa réflexion après des travaux sur la fiscalité et les inégalités en pointant le lien entre ces dernières et la propriété privée.
Une des mesures les plus emblématiques du gouvernement Hollande-Ayrault avait été l’instauration du « Crédit Impôt-Compétitivité-Emploi », plus connu sous le nom de CICE.
Lors de sa conférence de presse, Macron a justifié, pendant plus de deux heures, ses choix et ses orientations.
Les géants du numérique (les fameux GAFA : Google, Apple, Facebook, Amazon) utilisent toutes les ficelles possibles pour payer toujours moins d’impôt. 
Comme toutes les taxes sur la consommation, la TVA est un impôt injuste. 
Après avoir été confirmé par Édouard Philippe en septembre dernier, le prélèvement à la source a été mis en place le 1er janvier 2019.
L’abolition des « taxes », ces impôts injustes qui pèsent avant tout sur les classes populaires, est l’une des principales revendications du mouvement des Gilets jaunes.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à fiscalité