fiscalité

Après des jours de confusion, le pouvoir a confirmé que le prélèvement à la source serait mis en place à partir du 1er janvier 2019... Mais une première brèche de discorde s’est ouverte au sein du gouvernement.

Non seulement les entreprises licencient ou suppriment des postes, mais elles le font avec le renfort de fonds publics, dont certains sont censés être destinés à préserver les emplois.
Le gouvernement prétend que l’augmentation de la CSG « compensée » par la suppression des cotisations sociales a pour but d’augmenter le pouvoir d’achat de la population. La réalité est différente…
« Ce n’est pas contradictoire de constater que cette politique avantage les plus riches et de considérer qu’elle va dans le bon sens », estime d'après
Stéphane Richard, le PDG d’Orange, est franc : il a annoncé qu’« à titre personnel, [la transformation de l’ISF] va réduire à peu près de moitié [sa] facture » fiscale. Il économisera 125 000 euros d’impôts, soit 9 années de Smic net à temps plein. 
Les grandes entreprises partent en guerre contre une surtaxe exceptionnelle de l’impôt sur les sociétés (IS) pour 2017 : l’indécence n’a pas de limite.
En 1986, Chirac supprimait l’impôt sur les grandes fortunes (IGF). Une décision impopulaire qui allait contribuer à sa défaite en 1988.
Mercredi 27 septembre, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a présenté le projet de budget du gouvernement pour l’exercice 2018.
L’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers était une des mesures fiscales emblématiques du programme de Macron. Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, vient de dévoiler les arbitrages de cette réforme.
Lors de la conférence nationale des territoires qui s’est tenue au Sénat ce lundi 17 juillet, Macron a confirmé l’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers fiscaux d’ici à trois ans.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à fiscalité