fiscalité

Les géants du numérique (les fameux GAFA : Google, Apple, Facebook, Amazon) utilisent toutes les ficelles possibles pour payer toujours moins d’impôt. 

Comme toutes les taxes sur la consommation, la TVA est un impôt injuste. 
Après avoir été confirmé par Édouard Philippe en septembre dernier, le prélèvement à la source a été mis en place le 1er janvier 2019.
L’abolition des « taxes », ces impôts injustes qui pèsent avant tout sur les classes populaires, est l’une des principales revendications du mouvement des Gilets jaunes.
Avec Macron (comme avec ses prédécesseurs), c’est un vrai mélimélo. Ceux d’en haut payent toujours moins, ceux d’en bas ont la double peine : des taxes et des ­services publics (hôpitaux, écoles, …) dégradés.
Le 17 novembre, ce sont près de 300 000 « gilets jaunes » qui ont participé à plus de 2 000 rassemblements et/ou actions de blocage.
En matière de fiscalité sur les ménages finançant le budget de l’État, il y a deux grands types d’impôts. D’une part, l’impôt sur le revenu, qui est « progressif » : plus on est riche, plus le taux d’imposition est élevé, et donc plus on paie d’impôt en proportion de son revenu.
Le gouvernement ne cesse de vanter son effort pour le pouvoir d’achat.
Le constat est sans appel, le gouvernement le reconnaît lui-même : aujourd’hui, près de 300 000 gilets jaunes sur les routes et dans les rues, et plus de 2000 blocages ou rassemblements.
Après des jours de confusion, le pouvoir a confirmé que le prélèvement à la source serait mis en place à partir du 1er janvier 2019... Mais une première brèche de discorde s’est ouverte au sein du gouvernement.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à fiscalité