Féminisme

S’il n’y avait pas tous les noms de ces femmes mortes, assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint, s’il n’y avait pas plus de 80 000 viols par an en France, si la violence n’était pas notre quotidien, on pourrait presque considérer comme du comique de répétition les annonces du gouvernement

L’émergence d’un mouvement féministe de masse à une échelle internationale, nous oblige en tant que marxistes à nous reposer toute une série de questions théoriques aux implications stratégiques.
8 000 à Lyon, 3 000 à Toulouse ou Montpellier, 2 000 à Rennes ou Grenoble, 50 000 à Paris… plus de 100 000 dans toute le France ! On n’avait pas connu d’aussi forte mobilisation féministe depuis bien longtemps.
Depuis 2016, la grève est au centre de la quatrième vague du féminisme : de la Pologne jusqu’en Argentine, elle est utilisée comme une arme pour l’égalité salariale et la fin des féminicides.
Film franco-britannico-polonais, 2h12, sorti le 13 novembre 2019.
▸ Créer un service public d’accueil permanent pour les femmes victimes de violences : services de soins et d’aide psychologique et juridique, avec du personnel formé et la simplification des démarches pour porter plainte. 
Les années féministes se suivent et ne se ressemblent pas.
En ce moment, on voit une vague de rébellions populaires aux quatre coins du globe : Chili, Équateur, Honduras, Algérie, Liban, Irak, Haïti, Hong Kong, Porto Rico, Catalogne… et aussi les Gilets jaunes en France.
Depuis plusieurs mois, les collages féministes contre les violences faites aux femmes se multiplient dans de nombreuses villes. Les cas de violence recensés sont affichés sur les murs, exposés à la vue de touTEs.
Nous avons pu voir ces dernières années, à une échelle internationale et de masse, le mouvement féministe revendiquer la fin des violences contre les femmes.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Féminisme