extrême droite

Monsieur le préfet de l'Hérault ne peut guère se réclamer du mot « liberté », lui qui nous interdit de manifester publiquement nos opinions

Pour ne pas en rester là et approfondir certains points abordés dans ce dossier, un aperçu non exhaustif de publications utiles.
À Bordeaux, l’extrême droite constitue une grande famille (à la limite de la consanguinité tant les liens entre orgas sont multiples) avec comme pivot l’église catholique intégriste Saint-Éloi offerte en 2000 par Juppé aux lefebvristes de la congrégation du Bon-Pasteur.
/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
Chauny (Aisne) était le théâtre depuis plusieurs mois (fin 2008 et début 2009) de l’activisme d’un groupe de jeunes d’extrême droite proche des mouvements de skinheads-néonazis.
 Lyon possède une tradition historique de l’extrême droite mais aussi de luttes et de résistance. Tour d’horizon de la situation lyonnaise, marquée par une certaine tendance à la violence.
Peux-tu revenir sur la création du réseau No Pasaran ?
En 1990, Politis publie l’appel « Le temps de la contre-offensive est venu » rédigé, entre autres, par Gilles Perrault.
Depuis les années 19401, une mouvance se revendiquant de « l’antisionisme » existe à l’extrême droite. Plus ou moins audible selon le contexte, cet « antisionisme » est un antisémitisme. « Complots », « finance apatride » et « lobbies »2
Dans un contexte européen de progression générale des racismes1,la stigmatisation des musulmans, qui s’accommode parfaitement du « choc des civilisations » des élites néo-conservatrices, s’impose comme la forme la plus répandue de racisme au sein des extrêmes droites continentales.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à extrême droite