extrême droite

Malgré certaines victoires inquiétantes, notamment à Perpignan, le RN montre les limites actuelles de son implantation militante sur le territoire et, dans de nombreux endroits, de son ancrage local.

La démagogie de l’UMP et en particulier de Sarkozy banalise les préjugés réactionnaires. Il est temps de rompre cette logique qui nourrit l’imposture de Marine Le Pen.
 
Durant l'année 2011, le Front national s'est remis en selle, particulièrement dans les milieux populaires. Ainsi « Marine Le Pen [y] constitue aujourd’hui pour beaucoup ce à quoi l’on se réfère pour se positionner ».1
Le NPA sera partie prenante de la large mobilisation unitaire, à Saint-Denis, le dimanche 8 janvier contre la venue de Marine Le Pen, à l'occasion d'une initiative festive.
Un collectif d’associations, de syndicats et de partis politiques ayant porté plainte contre le Front comtois pour incitation à la haine raciale, Gaëtan Perret, son président s’est vu infliger une amende de 3 000 euros, plus 150 euros par partie civile.
Sarkozy a saisi l’occasion du congrès des maires de France, la semaine dernière, pour partir en guerre contre le droit de vote des résidents étrangers, même aux élections municipales.
Le Premier ministre grec Papandréou a été remplacé par Loucas Papadémos qui fut vice-président de la Banque centrale européenne (BCE).
Née il y a un an et demi à la suite des revers électoraux de l’UMP, la Droite populaire s’est fait connaître par ses propositions chocs et réactionnaires.
La représentation au Théâtre de la Ville du spectacle de Roméo Castellucci, Concept du visage de Dieu, a été l’occasion pour les cathos intégristes et autres, en marge du Front national, de se faire entendre.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à extrême droite