extrême droite

Les travaux de Zeev Sternhell ont montré que le fascisme en France n’a pas été un phénomène d’importation et, au contraire, a des racines nationales remontant à la fin du XIXe siècle.

Dans la grande famille d’extrême droite, le courant des catholiques intégristes n’avait pas autant fait parler de lui depuis plusieurs années.
Le FN se présente comme le parti représentant les salariés. Il est donc essentiel d’examiner son programme social pour démonter son discours et le dévoiler comme allié du patronat.
En septembre 2011, la Fondation Jean-Jaurès publiait un essai intitulé Le point de rupture, enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires. Conduite par le sociologue Alain Mergier et par Jérôme Fourquet (directeur adjoint du département Opinion politique de l’Ifo
Entretien avec Nicolas Lebourg 1
 
Le Front national (FN) de Marine Le Pen est-il devenu « un parti comme les autres » comme on peut l’entendre (trop) souvent ?
Entretien avec Gaël Brustier*
 
En novembre, prenant de court les organisations militantes, le Front national de la jeunesse (FNJ) avait réussi à distribuer des tracts sur le site de Paris 1-Tolbiac, pourtant réputé « fac de gauche ».
Vendredi 27 janvier Marine Le Pen était l’invitée du FPÖ (28 % d’intentions de vote à égalité avec les sociaux-démocrates) lors du bal viennois organisé par les corporations étudiantes, considérées comme un vivier de cadres du parti d’extrême droite autrichien.
À l’initiative de l’Institut CGT d’histoire sociale, une journée entière était consacrée, jeudi 19 janvier, au siège de la confédération, aux rapports de l’extrême droite avec le mouvement ouvrier, et plus spécialement de la progression des idées du FN au sein des entreprises.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à extrême droite