extrême droite

Monsieur le préfet de l'Hérault ne peut guère se réclamer du mot « liberté », lui qui nous interdit de manifester publiquement nos opinions

La « question des réfugiéEs » constitue le seul terrain sur lequel le gouvernement de droite, en place depuis l’été 2019, fait entendre un discours politique public, pendant que parallèlement le pouvoir avance de manière effrénée dans son agenda néo
En Allemagne, depuis bientôt deux semaines, l’élection de Thomas Kemmerich, du FDP (petit parti libéral de droite), au poste de ministre-président du Land de Thuringe, avec les voix de la droite CDU et de l’extrême droite (AfD), a suscité des bouffées d’indignation.
L’absence de victoire sociale majeure explique pour beaucoup qu’une partie de la population, en majorité de la petite bourgeoisie mais aussi des classes populaires, trouve dans le vote RN une expression de leur opposition démoralisée à la violence des attaques.
Belle mobilisation à Brest le jeudi 30 janvier pour « accueillir » Marine Le Pen, venue adouber sa liste aux municipales.
Le soutien de Marine Le Pen aux grévistes du 5 décembre n’est pas passé inaperçu. La proximité avec les municipales joue pour beaucoup, mais n’explique pas tout. Le RN déroule sa stratégie de conquête et colle à la réalité politique.
Depuis la rentrée universitaire, l’organisation d’extrême droite la « Cocarde étudiante » cherche à s’implanter à Nanterre.
Communiqué du NPA Nanterre
Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République, éditions la Découverte, 240 pages, 19 euros. 
Dimanche 27 octobre, une élection régionale se déroulait en Thuringe (ex-RDA), qui a été remportée par le parti de gauche Die Linke (31 %), qui augmente son score de 2,8 points par rapport à la précédente élection (2014).

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à extrême droite