extrême droite

Fin janvier, le journaliste Thomas Iacobi, notamment co-auteur du documentaire Aube dorée, une affaire personnelle, a été agressé par des militants d’extrême droite alors qu’il couvrait une manifestation nationaliste à Athènes.

Le 9 février, dans plusieurs villes de France, notamment Toulouse et Lyon, des groupuscules d’extrême droite s’en sont pris physiquement à des cortèges et à des militantEs de gauche investis dans le mouvement des Gilets jaunes.
Le samedi 2 février à Chambéry, près de 300 personnes ont défilé à l’appel du Collectif savoyard contre les racismes et la haine, pour exiger la fermeture du local du Bastion social (l’EdelweiSS – 171 avenue de Lyon).
À Paris, lors de l’acte XI des Gilets jaunes, une cinquantaine de fachos hétéroclites a volontairement ciblé le cortège du NPA. Leurs slogans hostiles aux syndicats manifestent une volonté de s’en prendre au mouvement ouvrier.
Le Parti de Gauche : Non aux violences de l’extrême droite
Ce samedi, lors de l'acte XI des Gilets jaunes à Paris, le cortège du NPA a été attaqué à deux reprises par une cinquantaine d'individus d'extrême droite.
Nous étions une trentaine à nous retrouver dans une très bonne ambiance au bar « Chez Agnès », à la soirée de débat et de rencontre avec Ugo Palheta pour discuter de son dernier livre la Possibilité du fascisme.
Face à l’arrivée de Jair Bolsonaro au pouvoir, l’urgence d’une riposte du mouvement ouvrier. 
Depuis une semaine, circulent largement des appels à « manifester » le samedi 17 novembre, à « bloquer des routes ou des ronds-points », ou à « mettre un gilet jaune sur son tableau de bord ».
Sans surprise, Jair Bolsonaro a été élu dimanche avec une confortable avance de 55,2 % des voix. 58 millions de BrésilienEs l’ont soutenu, soit presque 10 millions de plus qu’au premier tour...

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à extrême droite