extrême droite

Un vent très mauvais souffle sur les pays européens. Dans de nombreux pays, au premier rang desquels l’Italie, la Hongrie et l’Autriche, l’extrême droite n’est plus seulement « aux portes du pouvoir », mais participe directement aux gouvernements.

Des policiers, des gendarmes, des militaires et quelques individus se voulant intellectuels : tel est le profil général des dix suspects interpellés, samedi 23 et dimanche 24 juin, soupçonnés d’avoir préparé des attentats d’inspiration d’extrême droite. 
Retour sur l’étape parisienne de la marche Vintimille-Calais… et sur son contexte international. 
Film franco-marocain de Saïd Hamich.
Après plusieurs coups de théâtre, le gouvernement Lega/M5S est né le 1er juin, grâce au rôle décisif joué par le président de la République Mattarella dans sa formation et sa composition.
Le 1er mai dernier, le FN aurait pu célébrer la journée internationale des travailleurs dans le bassin minier des Flandres… mais il organisait plutôt à Nice la « fête des Nations » avec son groupe du Parlement européen, le Mouvement pour une Europe des nations et des libertés (MENL).
En Allemagne, aux législatives du 24 septembre 2017, un parti d’extrême droite a réussi pour la première fois depuis les années 1950 à entrer au Bundestag (Parlement fédéral). 
De l’autre côté des Alpes, ce n’est pas la même approche, en termes de discours économique et social, qui prévaut à l’extrême droite, au moment où nous mettons sous presse.
En Autriche, le FPÖ (« Parti de la Liberté d’Autriche ») est entré au gouvernement, conduit par le jeune carriériste conservateur Sebastian Kurz – alors âgé de 31 ans seulement –, à la mi-décembre 2017.
Au premier et plus encore au second tour de l’élection présidentielle de 2017, malgré sa prestation catastrophique dans son face-à-face télévisé avec Macron, Marine Le Pen avait explosé tous les scores antérieurs du FN. Mais depuis, les ennuis, les revers voire les crises s’accumulent.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à extrême droite