élection présidentielle

Les réponses que les partis institutionnels proposent dans la campagne présidentielle entérinent l’explosion en cours, l’Europe à géométrie variable, et ne font qu’accentuer, d’une façon ou d’une autre, la crise qu’elles prétendent surmonter.

L’ancien candidat à la présidentielle a tenu, mardi 14 mars, une réunion publique dans cet arrondissement d’immigration parisien, cela dans le cadre de la campagne de Philippe Poutou et à quelques jours de la marche du 19 mars.
Malgré une préparation difficile du fait de la « chasse aux parrainages », nous étions environ 200 jeudi 16 mars, pour le deuxième meeting de Philippe Poutou en Gironde.
Le mercredi 15 mars, Philippe Poutou animait deux meetings dans le 92.
Mardi 14 mars, à trois jours seulement de la clôture de la remise des parrainages, la venue de Philippe Poutou s’est construite autour de notre campagne démocratique pour arracher les 500 signatures.
Un quart d’heure avant le début du meeting, les chaises étaient déjà presque toutes occupées ! Assis par terre, debout au fond de la salle… ce sont presque 230 personnes, en très grande majorité des jeunes, qui ont assisté au meeting de Philippe Poutou à Grenoble lundi 13 mars.
À la dernière publication au Conseil constitutionnel le mardi 14 mars, nous avions seulement 357 parrainages validés, et nous en avions pour notre part recensé entre 400 et 420. Le vendredi 17 mars, c’est 573 parrainages qui étaient arrivés avant 18 heures rue de Montpensier… 
Il ne manque pas de journalistes ou de personnes pour nous interpeller, « oui, tout ça, c’est très bien, mais c’est totalement utopique ». Une façon qui se veut sympathique et élégante, cependant un peu condescendante... de clore la discussion, de disqualifier par avance nos arguments.
Cette élection présidentielle a un petit goût de fin de règne…
Les « principaux candidats » ont débattu ensemble sur TF1 il y a quelques jours. Le Pen y a montré sa démagogie raciste. Fillon sa volonté de casser tous les droits des salariés. Macron son projet de liberté complète, c’est-à-dire de supprimer toutes les protections des salariéEs.

Pages

S'abonner à élection présidentielle