éducation

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron il y a maintenant presque deux ans, pas un secteur professionnel n’est épargné par des réformes de fond visant à réorganiser la production tant manuelle qu’intellectuelle.

À leur arrivée au pouvoir, les bolchéviks durent faire face à une situation sociale dramatique qui les contraignit à régler en urgence d’immenses difficultés pour assurer la survie de populations menacées par la misère, la famine, la guerre et le développement des épidémies.
« La réussite dans l’enseignement supérieur se prépare dès le lycée » : si on écoute le ministre de l’Éducation nationale, les lycéens sont au cœur des réformes annoncées par le gouvernement. Mais pour quoi faire ? Accompagner « chacun vers la réussite » ?
Ce lundi 30 octobre, le Premier ministre et les ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur ont présenté leur « plan étudiants » en donnant les principaux éléments des réformes concernant l’enseignement supérieur, et notamment l’accès à l’université.
Par Raphaël Greggan. Dans son discours de politique générale
Ce lundi 30 octobre, le premier ministre et les ministres de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur ont présenté leur « plan étudiants » en donnant les principaux éléments des réformes concernant l’Enseignement Supérieur, et notamment l’accès à l’université.
C’est par une simple lettre adressée à la Commission des finances de l’Assemblée Nationale que le gouvernement a fait savoir le 12 juillet dernier qu’il procèderait à une coupe de 331 millions d’euros sur les crédits déjà budgétés qu’il devait verser en 2017 aux étab
Entretien. Professeure d’histoire-géographie en lycée à Paris, Laurence De Cock est docteure en Sciences de l’éducation.
Depuis l’élection de François Hollande, pas une année sans que l’éducation nationale ne fasse parler d’elle : en 2013 dans le primaire contre la réforme des rythmes, en 2014 dans les universités pour plus de moyens et dans les ZEP contre la sortie de certains établissements et certaines écoles du
Aujourd'hui les élèves de baccalauréat professionnel secteur tertiaire planchent sur leur épreuve d'éco-droit. Dans cette mise en situation les élèves doivent réaliser, pour une entreprise, une étude sur la libéralisation du marché des transports permise par la fameuse « loi Macron ».

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à éducation