EDF

C’est dans une ambiance plombée, d’une part, par les nouvelles difficultés rencontrées dans la construction de l’EPR de Flamanville, avec l’exigence de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) d’effectuer des travaux qui ne pourraient être mis en oeuvre avant fin 2022 et, d’autre part, par l’anno

Actuellement, la situation provoque une baisse du coût du travail, fait exploser la précarité et la sous-traitance. La filière électronucléaire est aujourd’hui en grande difficulté...
Annoncée dimanche 6 mars, la démission du directeur financier d’EDF, Thomas Piquemal, a presque totalement masqué la suppression de 8 000 emplois dont 4 200 en France prévue, sur les trois prochaines années.
D’après plusieurs années de gestation, le compteur électrique Linky va arriver chez nous dès la fin de l’année. D’ici 2021, nos « vieux » compteurs seront remplacés par des compteurs « intelligents »...
Fin janvier, c’est de l’ouest que le vent de contestation est parti : Le Havre, Nantes Cordemais (production stoppée à partir du 21 janvier), avant de gagner par rafales Vitry et Porcheville en région parisienne, puis Aramon près d’Avignon et Bouchain dans le Nord...
Le gouvernement a fini par trancher : les tarifs de l'électricité vont augmenter de 5 % en août, puis de 5 % en août 2014. Une mesure qui va renforcer la précarité pour de nombreux usagers et continuer à accroître les bénéfices d'EdF et les dividendes de ses actionnaires.
La campagne présidentielle a du bon pour les salariéEs de Photowatt dont l’entreprise est reprise par EDF. Pour autant, ce sont bien les mesures gouvernementales qui ont mis la filière en difficulté.
Le tarif de l'électricité payé par les particuliers va augmenter de 2,9% au 1er juillet. Soit près de 10% en plus sur 1 an puisque depuis le mois d'août 2010, les factures ont enregistré une hausse de 6,4%.
La loi Nome adoptée par le Parlement français fin 2010, en application des directives européennes d’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie, entre en application le 1er juillet 2011.
La direction d'EDF aurait réclamé auprès des pouvoirs publics une hausse des tarifs de l'électricité de 5 à 6,5% par an jusqu'à 2015, ce qui représenterait une nette accélération de l'augmentation des tarifs pour les particuliers, qui serait multiplié par trois.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à EDF