Droit à l'IVG

Manifestons pour que ce droit soit reconnu et effectif !

De façon massive (66,4% contre 33,6%) les IrlandaisEs ont voté oui à l’abrogation de la clause de la Constitution (le 8e amendement) qui disait que la vie d’un fœtus était aussi importante que la vie de la femme.
 
La Pologne est encore aujourd’hui l’un des pays d’Europe où le droit à l'avortement est, de loin, le plus restrictif. Il est à vrai dire tout bonnement interdit pour les femmes, sauf dans les cas de viol, de malformation grave du fœtus ou de risque pour la santé de la femme enceinte.
La législation polonaise sur l’avortement est l’une des plus restrictives d’Europe. L’IVG n’est en effet autorisée que dans trois cas précis :
Le 28 septembre, lors de la journée internationale pour le droit à l’avortement, une manifestation européenne avait lieu à Bruxelles et des rassemblements et manifestations dans de nombreuses villes d’Europe. 
40 % des femmes vivent dans un État où l’avortement est interdit.
En solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l’avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et in
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question ».
En France, les femmes qui décident d’avorter et qui ont dépassé le délai de 12 semaines sont orientées par les hôpitaux et les cliniques vers le Planning familial pour recevoir les informations nécessaires en vue d’un avortement à l’étranger. 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Droit à l'IVG