droit du travail

Le 7 juin dernier, l’Assemblée nationale adoptait le projet de loi initialement intitulé « Liberté de choisir son avenir professionnel », censée doter les travailleurEs des plateformes d’un nouveau cadre social.

Dans le droit français, la grève sans risque d’emprisonnement, de licenciement ou de sanction date de 1946. Mais rien n’est figé, le droit de grève est en mouvement permanent : les luttes ouvrières évoluent, les attaques patronales et gouvernementales aussi.
Quatre élus CGT étaient convoqués ce mardi matin pour des entretiens individuels en vue d’une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement.
Dans le mouvement social comme dans la gauche radicale, les débats et les prises de position sur la question de l’emploi, du chômage et de la précarité, du salaire et du revenu ont une histoire, liée aux luttes de chômeurs et précaires depuis le milieu des années 1990
Le « modèle allemand » que gouvernement et patronat nous vantent tant n’est qu’un faux prétexte pour mettre en cause le coût du travail et imposer de nouvelles régressions sociales.


Défendre le droit au travail ou le revenu universel ? Pour comprendre comment aborder ce débat, il faut donc en éclairer les étapes.
Le travail émancipateur ?








Nous devons faire du droit à l’emploi une question politique centrale, un choix de société. Nous devons imposer le droit pour chacunE d’avoir un emploi stable et bien payé, un revenu régulier toute sa vie.
Qu’est-ce que le droit du travail ?
La crise continue. Malgré les lectures « intéressées » sur la diminution des taux de chômage, elle se poursuit, s'approfondit et semble sans fin.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à droit du travail