droit du travail

Dans la situation actuelle, le télétravail est présenté comme une « chance » pour les salariés. Ils et elles continuent à toucher un salaire ; ils et elles n’ont pas à se déplacer dans les transports collectifs où le virus circule… 

Comme chaque 8 mars, le gouvernement va multiplier les belles déclarations d’intention en faveur des femmes alors que sa politique, de la loi Macron à la destruction des services publics, aggrave les inégalités, la précarité, la double journée...
L’internationale du patronat cherche à remettre en cause le droit de grève au niveau mondial. La Confédération internationale syndicale (dont en France la CGT, la CFDT et FO) organisait le 18 février une journée de mobilisation en réplique.
La question du travail dominical revient sur le devant de la scène à la faveur, d’une part, d’un fait divers et, d’autre part, de l’examen parlementaire de la loi Macron. Tout commence par un banal rappel à la loi par l’Inspection du travail d’un boulanger de Saint-Paul-les-Dax (40).
Dans la continuité des réformes engagées depuis 2012, le projet de loi poursuit l’affaiblissement de l’inspection du travail et des conseils de prud’hommes.
Ça sent toujours plus le sapin pour l’inspection du travail
Depuis 1906, le code du travail prévoit que « le repos hebdomadaire est donné le dimanche ». à l’époque, cette loi avait été adoptée sous la pression de l’action syndicale et des mobilisations sociales...
« Travail du dimanche, c’est non, non, non ; travail de nuit, c’est non aussi ! », « Volontariat, majoration, c’est du bidon », « Macron-patrons, même combat » : voici quelques slogans qui ont rythmé la manifestation des salariéEs du commerce parisien le 14 novembre dernier.
La compagnie aérienne low-cost Ryanair vient d’être condamnée en appel pour travail dissimulé. La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé le jugement rendu il y a un an.
Dimanche 19 octobre (tout un symbole quand on sait qu’on veut bientôt nous faire travailler ce jour-là), François Hollande a annoncé devant un parterre de patrons étrangers réunis à l’Élysée, à l’occasion du « Conseil stratégique de l’attractivité », sa volonté de réformer le délit d’entrave.
Le 24 septembre dernier, la Cour de cassation a confirmé l’interdiction faite au magasin Sephora des Champs-Élysées de faire travailler des salariéEs après 21 h.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à droit du travail