droit du travail

Le 17 juillet, la Cour de cassation a validé sans réserves le plafonnement des indemnités allouées par les tribunaux aux salariés victimes de licenciement sans cause réelle et sérieuse. 

Lundi 9 décembre, les ministres du travail des membres de l’Union européenne ont abouti à un accord sur  les salariés « détachés », accord qui ne changera pas grand-chose à une situation fondamentalement favorable aux patrons.
Sous prétexte d’aller vers une « société qui s’adapte en gardant ses valeurs », le gouvernement s’appuyant sur le rapport Bailly, entérine et aggrave les possibilités d’ouverture des magasins le dimanche. Des ouvertures, aujourd’hui illégales ou dérogatoires, sont autorisées jusqu’en 2015.
Après le lobbying des enseignes du bricolage pour l’ouverture dominicale et les lamentations de Sephora suite à l’interdiction du travail en soirée, l’offensive patronale se poursuit.
Entretien.
Une nouvelle journée de grève des agents du ministère du Travail s’est déroulée le mardi 22 octobre contre la réforme de l’inspection du travail.
Le débat sur les horaires d’ouverture dans le commerce fait rage [en France comme dans l’ensemble des pays européens]. Dans les organisations syndicales françaises c’est la confusion la plus totale entre les niveaux confédéraux, fédéraux et souvent les sections d’enseignes.
Sephora, le bricolage et maintenant Monoprix : les médias dominants mettent sous le feu des projecteurs une armée de salariés volontaires pour travailler la nuit comme le dimanche.
Le Medef et ses divers relais se sont trouvés un nouveau combat : la liberté du travail. On a droit à un beau florilège d’arguments, de l’évolution sociétale à la défense intégriste de la liberté individuelle de travailler comme on veut et quand on veut...
Le NPA dénonce la campagne médiatique lancée pour soutenir l’offensive patronale contre le Code du Travail.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à droit du travail