droit du travail

Dans un rapport paru le 11 février, la DARES (direction du ministère du Travail chargée des études et de la statistique) a pointé le nombre particulièrement élevé de ruptures conventionnelles conclues en 2018 : 437 700, soit une hausse de 3,9 % par rapport à l’année précédente. 

Après le lobbying des enseignes du bricolage pour l’ouverture dominicale et les lamentations de Sephora suite à l’interdiction du travail en soirée, l’offensive patronale se poursuit.
Entretien.
Une nouvelle journée de grève des agents du ministère du Travail s’est déroulée le mardi 22 octobre contre la réforme de l’inspection du travail.
Le débat sur les horaires d’ouverture dans le commerce fait rage [en France comme dans l’ensemble des pays européens]. Dans les organisations syndicales françaises c’est la confusion la plus totale entre les niveaux confédéraux, fédéraux et souvent les sections d’enseignes.
Sephora, le bricolage et maintenant Monoprix : les médias dominants mettent sous le feu des projecteurs une armée de salariés volontaires pour travailler la nuit comme le dimanche.
Le Medef et ses divers relais se sont trouvés un nouveau combat : la liberté du travail. On a droit à un beau florilège d’arguments, de l’évolution sociétale à la défense intégriste de la liberté individuelle de travailler comme on veut et quand on veut...
Le NPA dénonce la campagne médiatique lancée pour soutenir l’offensive patronale contre le Code du Travail.
La direction de Sephora aux Champs-Elysées s’est payée le 16 septembre une pleine page dans le Parisien pour publier une pétition d’une partie de ses salariéEs contre les syndicats qui réclamaient en justice la fermeture de Sephora après 21h.
Le gouvernement a récemment indiqué qu’il envisageait de réformer les prud'hommes, et notamment de modifier le mode d’élection des juges, qui ne seraient plus élus au suffrage universel.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à droit du travail