droit du travail

Après le temps de la lutte contre le Covid, sans moyens et sans protection, après les annonces du « Ségur » de la santé, de quoi les mois qui viennent seront-ils faits ? C’est la question qui partout se pose en cette « rentrée ».

À la SNCF, la semaine du 1e septembre s’est déroulée sur fond de rentrée des classes.
Dans la plupart des usines automobiles, la production est revenue à ses niveaux d’avant Covid, mais ce n’est pas pour autant un retour à la situation d’avant.
Blanquer a beau répéter sur tous les plateaux TV que tout est sous contrôle, la réalité le rattrape. Aucune mesure n’a été prise en amont pour affronter une rentrée scolaire sous Covid !
Dans un contexte de remontée du nombre de contaminations et de progression du virus, le gouvernement a annoncé la même semaine l’obligation du masque dans de nombreuses villes et la fin du régime exceptionnel d’absence qui était jusque-là mis en place dans le cadre de l’épidémie pour les pers
Le gouvernement impose le port du masque dans les entreprises depuis le 1er septembre.
Le confinement lié à la pandémie du coronavirus a été un véritable séisme.
Dans l’histoire, les moments de crise économique sont particulièrement néfastes pour les droits des femmes.
L’urgence de la lutte pour les mêmes droits et salaires partout en Europe, et entre intérimaires et salariéEs en CDI.
Il faut résister à l’illusion d’optique selon laquelle la pandémie de Covid-19 serait derrière nous.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à droit du travail