crise économique

La crise arrive. C’est désormais une question de mois.

Le 16 juillet 2007 la banque d’investissement Bear Stearns annonçait la faillite de deux de ses filiales de placement à très haut risque (hedge fund). La propagation mondiale ne se fit pas attendre.
D’après Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, de Frédéric Lordon. Adaptation et mise en scène de Judith Bernard.
Voilà maintenant plus de 5 ans que la chute de Lehman Brothers a donné le signal de départ de la première grande crise du 21e siècle. Déjà particulièrement longue, cette crise ne semble pas près de s’arrêter.
La crise économique actuelle ne voit pas un retour du protectionnisme entre les puissances économiques. Si les négociations commerciales multilatérales dans le cadre de l’OMC n’avancent guère, les négociations commerciales bilatérales se multiplient.
En 1973, éclatait le choc pétrolier et l’économie mondiale plongeait au bout de quelques mois dans la récession. « C’est la faute au pétrole », clamèrent les dirigeants politiques et beaucoup d’économistes.
Depuis plusieurs mois, des mobilisations secouent l’Europe, en particulier les pays du Sud du continent. Tout est à nous ! y a déjà consacré un dossier il y a quelques semaines (n°198 sorti le 6 juin), ainsi que de nombreux articles. Contre la terrible loi de la troïka — Uni
Il y a cinq ans, la faillite de la banque Lehman Brothers le 15 septembre 2008 marquait aux yeux de tous le début de la crise économique mondiale.
A peu près simultanément, ont été publiés en France et au niveau européen des chiffres témoignant d’un arrêt du recul de la production. En France, le PIB (produit intérieur brut) a augmenté de 0,5% au 2ème trimestre 2013.
La droite et le gouvernement sont en train de jouer au ping pong avec les chiffres du déficit budgétaire pour 2013. En fait, la France paraît s’engager sur la route du Portugal et de l’Espagne où l’austérité étouffe un peu plus la croissance sans réduire les déficits.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à crise économique