crise économique

Entretien. Nous avons rencontré Éric Toussaint, économiste, porte-parole du réseau international du CADTM (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes, présent dans plus de 30 pays), membre de la direction de la IVe internationale.

Quelle crise ? Quelle sortie ? Ce court article, dont l’auteur tient à préciser qu’il n’engage que lui, vise à esquisser des hypothèses soumises à la discussion.
On commence à prendre conscience de l’ampleur du désastre : nous allons connaître la plus grande importante récession de l’après guerre.
Nous l’appellerons peut-être bientôt la « crise de 2020 », la « coronacrise » ou le « coronakrach »
L’épidémie de coronavirus est un révélateur de la fragilité du système capitaliste et des dangers qu’il fait peser sur les classes populaires, notamment par son productivisme congénital et le type de politique, causes fondamentales de la crise écologique et climatique.
Je suis sûr que lorsque cette catastrophe sera terminée, la science économique dominante et les autorités diront qu’il s’agit d’une crise exogène qui n’a rien à voir avec des défauts inhérents au mode de production capitaliste et à la structure sociale de la société.
Après des jours de silence et de passivité, Macron a fini par prendre la parole. Le danger est réel de milliers de morts, d’une totale saturation des hôpitaux, et d’une crise économique terrible pour les classes populaires.
Lors de son allocution télévisée jeudi 12 mars à propos du coronavirus, le Président de la République Emmanuel Macron a affirmé : « Nous ne laisserons pas une crise financière et économique se propager. ».
C’est le Sunday Times qui nous l’a appris le 6 mars : plusieurs compagnies aériennes britanniques ont fait voler des avions « fantômes », vides de tout passager, pour maintenir leurs vols malgré les effets de l’épidémie de coronavirus.
Même si leur nombre augmente, la part des voitures électriques vendues en France cette année ne devrait pas atteindre 2 %. Cet achat est le fait des privilégiés pour qui il s’agit souvent d’une deuxième ou troisième voiture.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à crise économique