Corée du Sud

Film sud-coréen, 2 h 12, sorti le 5 juin 2019, en DVD le 3 décembre.

Sous la pression des occupations de places, le Parlement a voté pour la destitution de la présidente Park Geun-hye.
Entre rites chamaniques, corruption et népotisme, les scandales qui secouent la présidence sud-coréenne nourrissent une crise politique générale. 
Le gouvernement sud-coréen veut liquider une fois pour toutes la tradition syndicale militante qui plonge ses racines historiques dans la résistance à la dictature Park Chung-hee (1960-1979), puis Chun Doo-hwan (1980-1987).
Le 16 avril 2014, le ferry Sewol faisait naufrage au large de la Corée du Sud, causant la mort de plus de 300 passagers dont 250 lycéen-ne-s d’une périphérie industrielle de Séoul.
8 600 salariéEs de Korail (Korean Rail, la SNCF coréenne) se sont mis en grève reconductible à compter du 9 décembre, suite à l’annonce d’un plan de privatisation d’une nouvelle ligne de chemin de fer par la direction. Il s’agit de la plus longue grève de l’histoire de Korail.
« État de guerre » déclaré, déploiement de missiles, menaces d’attaques préventives, mise en garde aux ambassades étrangères… Le régime (dictatorial) nord-coréen a fait monter inhabituellement haut la geste provocatrice.

L'usine Hyundai Motors à Ulsan en Corée du Sud est bloquée par une grève qui a démarré dans l'usine de fabrication de sièges avec les travailleurs d'entreprises sous-traitantes qui ont refusé la précarité qui leur est imposée.
Les incidents militaires se sont succédé cette année entre les deux Corée : échanges de tirs le 27 janvier, perte d’une corvette sud-coréenne le 26 mars (46 morts), tirs nord-coréens le 29 octobre et, enfin, bombardements le 23 novembre.
Une délégation de syndicalistes du KMWU de Valéo Corée – dont le groupe a décidé la fermeture du site depuis le mois de novembre – sont de retour en France depuis la mi-mai.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Corée du Sud