convergences des luttes

Convergence des luttes, front unique, unité, autant d’expressions reprises quand on tente d’élaborer des stratégies pour gagner contre Macron et son monde.

En peu de temps, le climat autour des entreprises en lutte a changé. De meeting en manifestations, les relations se tissent.Des déclarations !
L’annonce la semaine dernière de la fermeture éventuelle de l’usine Goodyear sera-t-elle le coup dur de trop ? Sera-t-elle le déclencheur d’une mobilisation du monde des salariéEs contre les licenciements et contre toutes les suppressions d’emplois ?
Tous ensemble, ce slogan reste encore trop souvent un... slogan. Chez PSA, Arcelor, Sanofi, SFR, Air France, Presstalis, Technicolor, etc. les salariéEs qui se battent contre les fermetures, les licenciements ou les suppressions de postes ont conscience de la nécessité d’unir ces mobilisations.
Sale temps pour le gouvernement. Cela fait à peine quatre mois qu’il est en place… mais il est déjà taclé à gauche et dans la rue. Un indice de la crise sociale et politique qui s’accélère.
Cela fait onze ans.
Alors que la plupart des mobilisations mènent la bagarre séparément, l’objectif de la convergence des luttes est de plus en plus souvent affirmé. Mais la mise en pratique, inspirée de l’expérience des LU-Danone en 2001, se heurte à de nombreux obstacles.
L’été 2011 a vu la naissance de la convergence des luttes contre les projets inutiles et nuisibles. Partout en France et en Europe, des projets démesurés, loin des besoins réels de la population, voient le jour ou avancent, suscitant une opposition grandissante.
2009 a été très difficile pour les salariés de l’automobile.
Vendredi 2 octobre, au 26ème jour de grève, à 14 h 30, des négociations se sont enfin ouvertes avec la direction. Environ 150 grévistes s’étaient rassemblés devant les portes de la salle de réunion.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à convergences des luttes