convergences des luttes

Convergence des luttes, front unique, unité, autant d’expressions reprises quand on tente d’élaborer des stratégies pour gagner contre Macron et son monde.

Après les succès des manifestations des 22 avril, 1er et 8 mai, le Front social est devenu un fait politique. Ce sont plus de 70 organisations syndicales, associatives ou divers fronts de lutte qui se sont coordonnés autour du Front Social.
Ce 20 mai, le collectif « Nos droits contre leur privilèges » prenait la place de Stalingrad à Paris pour marquer le début de 1 826 jours de résistance à la politique de Macron.
Plus de 2 000 personnes rassemblées place de la République samedi dernier pour le Premier tour social, avant d’aller manifester jusqu’à Bastille.
Organisé le 13 avril dernier à la Bourse du travail de Paris, le nouveau meeting du Premier Tour social a fait le plein (l’Anticapitaliste n°375) : plus de 200 participantEs, dont beaucoup de jeunes, ont répondu présent.
Une soixantaine de militantEs se sont retrouvés samedi dernier à la Bourse du travail de Paris pour préparer la mobilisation du 22 avril (voir l’Anticapitaliste n°372).
Ce jeudi 16 février, nous étions 350 réunis à la Belle Étoile de Saint-Denis (93), dans la salle de spectacles de la Compagnie Jolie Môme. Une rencontre qui est le fruit de liens construits patiemment depuis l’année dernière.
La grève, l’arme des travailleurs
Le 7 février a eu lieu à Bruxelles le lancement d’une campagne européenne « la santé et la protection sociale ne sont pas à vendre ».
C’était une chouette initiative des jeunes de la CGT-Arcelor qui tenaient à marquer ce 1er Mai d’une manière particulière.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à convergences des luttes