convergences des luttes

On le savait, les manifestations de samedi dernier étaient importantes pour la mobilisation actuelle. Malgré une grève qui dure, très dure, à la SNCF, l’extension n’est à cette heure pas au rendez-vous.
200 manifestations ont eu lieu le 26 mai contre la politique du gouvernement. Elles ont rassemblé 250 000 personnes. Le gouvernement a beau minimiser le « marée populaire », cela a permis aux multiples mobilisations actuelles de se retrouver, de se donner confiance.
La moitié des lycéens n’ont pas eu de réponse à leur demande d’affectation dans l’enseignement supérieur par Parcoursup, alors que des jeunes ont demandé jusqu’à vingt vœux différents, dont certains ne devaient pas leur plaire vraiment… Dans la moitié qui n’a pas eu de réponse, certainEs n’auront
La marche du 26 mai est une première.
Nous y sommes : autour des manifestations des 22 et 26 mai, il faudra gagner ou reculer une nouvelle fois. Gagner par un mouvement qui ressemblerait le plus possible à une grève générale contre Macron.
La date du 5 mai est bien tombée, elle correspondait à un vrai besoin pour celles et ceux, nombreux, qui éprouvaient le sentiment de s’être fait voler la manif du 1er Mai à Paris, et même au niveau national, via les médias qui n’ont parlé que des violences...
Les mobilisations sociales se multiplient, avec des journées de grèves décisives contre la politique du gouvernement. Le 14 mai avec la « journée sans cheminotEs », le 15 avec la « marée blanche » des hospitalierEs, le 16 dans l’enseignement supérieur.
Plusieurs organisations syndicales, associatives et politiques se sont réunies ce 3 mai en vue d’échanger sur la situation dans le pays. Elles travaillent à une “marée populaire” pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité partout en France le samedi 26 mai.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à convergences des luttes