climat

Après la COP21 du Bourget et son accord « historique », après la COP22 de Marrakech, toujours rien !

Après l’entrée en vigueur le 4 novembre dernier de l’accord « historique » de Paris, les dirigeants, réunis à Marrakech pour la 22e Conférence sur le climat, devaient s’atteler aux aspects techniques, pour maintenir la hausse de la température sous les 2°C d’ici 2100...
Depuis le 7 novembre, la ville de Marrakech accueille la COP22 jusqu’au 18. La ville est saturée de messages sur le climat, le développement durable, les énergies renouvelables. Banques, bus et taxis, tous les bâtiments publics et même les mosquées, rien n’y échappe...
On se souvient du show médiatique de « l’accord historique » de la COP21 signé à Paris par 196 États en décembre 2015. Le spectacle bien orchestré était présenté comme une victoire pour le climat.
Accueillis par Total, les hauts responsables de Shell, Exxon, Repsol, BP, etc. et les différents opérateurs de l’exploration, du forage et de l’exploitation en eaux profondes du pétrole et du gaz, vont se réunir du 5 au 7 avril à Pau lors du sommet MCE Deepwater Development...
Une jeune militante a ouvert la réunion, à laquelle ont participé 80 personnes, sur les luttes en cours : réfugiés, soutien aux Goodyear, solidarité avec le peuple grec, contre l’état d’urgence... Christine Poupin nous fit un bel exposé sur la crise climatique.
GRAIN, Coédition CETIM et GRAIN, 2015, 10 euros. 
A Saint-Ouen-l’Aumône, au cinéma d’art et d’essai Utopia, réseau national bien connu, nous avons organisé notre première réunion NPA sur le thème de l’écosocialisme jeudi 10 décembre. Nous avons depuis longtemps l’habitude de « militer » avec l’équipe très ouverte du cinéma.
Alternative libertaire, le NPA et la Coordination des groupes anarchistes (CGA) ont organisé une réunion publique intitulée « faire face : pour le climat et contre l’état d’urgence ». Plus de trente personnes ont répondu présent dont une grande majorité de jeunes.
« Le monde retient son souffle, il compte sur nous... » Et le monde leur répond « pffff ! », balayant le fétu de mots. Les chefs de gouvernement des pays influents veulent faire croire que l’accord signé samedi 12 décembre au Bourget est porteur de solutions pour le climat.

Pages

S'abonner à climat