Chavez

Carlos Carcione, Stalin Pérez, Juan Garcia, Gonzalo Gomez, Zuleika Matamoros, Alexandre Marin *

Le 7 octobre avaient lieu les élections présidentielles vénézuéliennes : Hugo Chavez remettait ainsi en jeu son mandat après quatorze ans à la tête de la « révolution bolivarienne » qui a contribué à transformer ce pays sud-américain. 
Entretien avec Gonzalo Gómez Freire (co-fondateur de « Aporrea »)
Le 27 février 1989, débute à Caracas l’un des événements les plus signifiants du changement de période politique de la fin des années 1980.
C’est dans les coups durs que l’on compte ses vrais amis.
La révolution arabe s'est installée en Libye. Et elle y a pris le visage le plus violent. Le gouvernement de Kadhafi a déclenché un massacre qui démontre aux peuples du monde l'horreur dont sont capables les dictateurs soumis ou non à l'impérialisme.
La célébration fut discrète dimanche soir dans le camp bolivarien, à l’image de la victoire. Ce n’est qu’à 2 heures du matin que le Conseil national électoral (CNE) a annoncé les premiers résultats.
Le 26 septembre 2010, les Vénézuéliens sont appelés aux urnes pour désigner les députés qui siégeront à la nouvelle Assemblée nationale.
S’adressant aux délégués de la Rencontre Internationale des Partis de Gauche qui s’est tenue à Caracas du 19 au 21 novembre (2009), le président vénézuélien Hugo Chavez a déclaré : « il est temps de constituer la 5ème Internationale. » Face à la crise capitaliste et la menace d’une guerre qui rep

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Chavez