banques

À défaut d’eau, la banque Natixis a dû avaler un peu de bouillon. C’est le résultat de ses liens avec un fonds spéculatif, dont la stratégie repose sur des prises de risques élevées dans ses placements, avec comme objectif des gains élevés.

Il n’y a pas d’illusion à se faire sur les sommets de l’appareil d’État. Trois événements récents viennent de confirmer que ceux qui sont supposés contrôler les dérives... viennent souvent des rangs de ceux qui les ont commises. Et réciproquement !
Avant la crise, la dette privée a fortement augmenté : l’offre de crédit a été stimulée par les taux d’intérêt très bas des banques centrales, la quête du profit bancaire, et la certitude que les autorités publiques ne laisseraient pas une grande banque faire faillite (« too big to fail »)...
François Pérol, président du directoire de la Banque populaire-Caisse d’épargne (BPCE), répond devant le tribunal correctionnel de Paris de prise illégale d’intérêts lors de sa nomination à la tête d
L’enquête de Mediapart détruit le mythe fabriqué depuis 2008 par la direction de la Société générale et relayé par les médias aux ordres : la banque serait une « victime » et Jérôme Kerviel serait un fou solitaire qui aurait spéculé à l’insu de sa hiérarchie.  Les éléments
Un vent de contestation souffle sur BPCE.
On est entré dans « l’ère de l’argent gratuit » note le journal les Échos.
Derrière HSBC, un système de rapine et de fraude
[Citation de Bertolt Brecht]
Le journal Le Monde a publié des informations liées à une gigantesque opération d’évasion fiscale concernant plus de 100.000 clients, et représentant une somme de 180 milliards de dollars. Parmi eux, plus de 3000 clients français.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à banques