banques

De l’ordre de 80 milliards d’euros sont soustraits chaque année aux comptes de l’État, essentiellement par les plus riches et les entreprises. C’est établi et, pourtant, depuis des années, l’État nous balade. 

Le patron de la Société générale, Frédéric Oudéa, est un menteur. En 2012, il a déposé sous serment devant le Sénat et affirmé que la banque n’avait plus aucune activité au Panama.
Une enquête internationale a analysé les informations contenues dans les archives d’un cabinet d’avocats panaméen dénommé Mossack Fonseca spécialisé dans le montage de sociétés écrans offshore (extraterritoriales). Mossak Fonseca a ainsi créé et administré plus de 214 000 de ces sociétés écrans.
Les révélations contenues dans les « panama papers » constituent une affaire « de plus » de l’évasion fiscale et montre que celle-ci est mondialisée.
 
Alors qu’analystes et journalistes craignent de plus en plus l’explosion d’une nouvelle crise financière, les dégâts causés par les banques lors de la précédente en 2008, la fameuse crise dite des subprimes, sont loin d’être réparés...
Huit ans après, l’affaire Kerviel revient devant la justice pour une demande devant la Cour de cassation de révision du procès et devant la cour d’appel de Versailles qui doit réexaminer le montant exorbitant des dommages et intérêts - 4,9 milliards d’euros - réclamés par la Société générale.
C’est la dernière idée du gouvernement : le ministère des Finances envisage de rémunérer les individus qui lui transmettent des informations sur les fraudeurs fiscaux...
Le gruyère est un fromage suisse (mais pas que…) qui comporte de nombreux trous… comme la législation fiscale de ce pays, très accueillante aux placements discrets des non-résidents.
L’annonce que la Société générale envisageait de supprimer 400 agences d’ici 2020 a entraîné récemment un buzz médiatique.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à banques