autoroutes

Les 24 et 26 juin, le tribunal de grande instance de Strasbourg a examiné 2 affaires relatives aux actions menées contre le Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO, voir nos précédents articles sur le sujet).

Le grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) est un projet d’autoroute de 24 km pour prétendument éloigner le trafic de véhicules de Strasbourg.
Les travaux débutés le 10 septembre avec la destruction de la ZAD de Kolbsheim avancent à grands pas malgré les actions de résistance pacifique : manifestations régulières de plusieurs milliers de personnes, blocages des machines, grève de la faim, recours juridiques.
Les droits de passage sur les routes et ponts faisaient partie des droits féodaux supprimés par la Révolution française. Destinés en principe à l’entretien de ces ouvrages, ils étaient en fait souvent détournés par ceux qui les percevaient.
L’année prochaine, les péages d’autoroute vont augmenter en moyenne de 1,13 %, soit bien plus que la hausse des prix prévue. Les usagers vont continuer à payer... et les capitalistes à encaisser.
Mardi, plus de 150 personnes se sont réunies devant la gendarmerie de Pont-de-l’Arche pour porter une plainte collective contre la SAPN pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui ». Cette initiative, lancée par des éluEs proches du PCF, s’est heureusement élargie.
Jeudi 28 mai, émoi devant le siège de la communauté d’agglomération Seine-Eure : à l’appel de « Maintenant ça suffit ! » (issu de la campagne municipale NPA-PCF à Louviers), nous étions une bonne vingtaine autour d’une cabine de péage… en carton à interpeller les éluEs : « Si vous continuez à tol
Jeudi 26 mars, une centaine de personnes se sont retrouvées au péage d’Incarville (accès à l’A13). Les barrières ont été levées pendant une heure pour réclamer sa suppression et refuser la création d’un nouveau péage un peu plus loin.
Encore une macronnerie : « Le gouvernement travaille à l’heure actuelle avec les sociétés d’autoroutes pour trouver une solution constructive, juste et rapide » vient de déclarer Macron...
Les autoroutes ont été construites avec l’argent des contribuables. Les sociétés qui les gèrent ont été privatisées entre 2002 et 2005. Elles augmentent les tarifs quasiment à leur guise et font des bénéfices juteux. Pour y mettre fin, il faut les exproprier.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à autoroutes