Arcelor

En décembre 2012, la direction d’ArcelorMittal Luxembourg a dénoncé la convention collective des salariés de la sidérurgie luxembourgeoise, obligeant syndicats et patronat à négocier une nouvelle Convention dans un délai d’un an.

Alors que la loi dite de sauvegarde de la compétitivité, assise sur l’Accord national interprofessionnel, accroît honteusement les possibilités de licenciement et de surexploitation des salariéEs, le projet de loi sur les reprises d'usine, qui était initialement censé porter le nom de « 
Le capitalisme ne connaît pas de frontières et les attaques portées contre les travailleurs de Florange par ArcelorMittal non plus.
Nous n'aurions plus d'autre choix, ou applaudir quand la décision de Lakshmi Mittal va dans le sens d'un regain d'activité comme à Dunkerque avec le redémarrage d'un haut-fourneau, ou nous désoler quand les perspectives sont sombres comme c'est le cas à Florange.

Le leader du NPA a passé toute la journée sur le blocus de l’usine Arcelor, à Basse-Indre. Il appelle à «l’unité des luttes». Les salariés ont refusé un accord avec le directeur du site.
La mobilisation des salariés d’Arcelor agit comme un révélateur de la politique du gouvernement Hollande-Ayrault et de son alignement sur les exigences du Medef.
Les sidérurgistes d’Arcelor Florange qui s’étaient promis d’être le cauchemar de Sarkozy pourraient bien devenir celui du gouvernement Hollande-Ayrault.
Partout en Europe, Mittal dévoile clairement sa stratégie: pour les salariés de Liège comme de Florange, ce sera l’arrêt officiel des hauts-fourneaux et de l’aciérie.
Mercredi, 7 décembre, grève interprofessionnelle de 24 heures dans la région liégeoise.
C’est toute la région liégeoise qui est en état de choc depuis l’annonce par ArcelorMittal de la fermeture de la phase à chaud de la sidérurgie liégeoise.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Arcelor