antiracisme

Ça fait longtemps qu’on alerte. Désormais ce ne sont plus des alarmes.

Pulbié par la Gauche anticapitaliste, section belge de la IVe Internationale. 
Tout à sa stratégie de concurrencer le RN sur son terrain raciste, Macron, à un mois des municipales, vient de proclamer haut et fort – complaisamment relayé par les grands médias – son « offensive républicaine » contre le « séparatisme islamiste ».
« Alerte jaune » à la une du quotidien régional Le Courrier picard du 26 janvier à propos du coronavirus. En rajoutant dans l’abjection raciste, son éditorial avait pour titre : « Le péril jaune ? ».
Délaissées par la plupart des médias, les luttes menées par les détenuEs dans les centres de rétention administrative (CRA) ne font l’actualité que lorsqu’elles prennent des formes dramatiques et spectaculaires.
La Journée internationale des migrantEs s’est tenue, en plein mouvement de grève.
Le mardi 3 décembre était adoptée, à l’Assemblée nationale, une résolution présentée comme destinée à « lutter contre l’antisémitisme ». En réalité, il s’agit d’une nouvelle tentative d’opérer l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme.
En s’attaquant aux militantEs humanitaires ou du mouvement social les plus en vue, mais également en interpellant des simples citoyenEs qui ont la malchance de se trouver au mauvais  lieu au mauvais moment, le pouvoir entend briser toute forme de résistance.
La marche contre l’islamophobie du 10 novembre, appelée dans une tribune publiée 10 jours plus tôt, a été indéniablement un succès.
Depuis quelques jours, l’annonce du décès de Catherine provoque incrédulité et tristesse chez les militantEs qui la connaissaient. Bien sûr nous avions constaté sa grande fatigue, et nous savions qu’elle luttait contre la maladie. Mais comment pouvions nous admettre qu’elle nous quitte un jour ?

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à antiracisme