agriculture

Comme Daniel Cueff, maire de Langouët (Ille-et-Vilaine) et auteur d’un arrêté municipal anti-pesticides, on a d’abord cru à « une blague », voire « une fake news ».

Nous reproduisons un texte adressé par Sud-Recherche EPST à la direction de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) au début de l’année 2019.
Les études contradictoires circulent. Les provocations aussi. Ainsi Pierre Médevielle, sénateur UDI, qui a sciemment déformé les résultats du rapport l’OPESCT en déclarant « le glyphosate n’est pas plus dangereux que la charcuterie ou la viande rouge ».
Le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques chargé d’évaluer le glyphosate a suscité la polémique avant même sa sortie.
Contre l’acharnement administratif, la volonté de se battre pour une agriculture paysanne.
Ainsi s’intitule la pétition lancée par Fabrice Nicolino et François Veillerette, que le NPA soutient et va relayer.
Six syndicalistes de la Confédération paysanne viennent d'être condamné·e·s à 120 000 euros. Leur crime ? Avoir démonté, sans les endommager, des installations de la ferme des 1 000 vaches, pour les rapporter à la préfecture afin de dénoncer l'élevage concentrationnaire industriel.
La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) a donc décidé de s’essayer à un nouveau mode d’action : le blocage des raffineries de pétrole. 
Depuis le mois d’avril 2018 une campagne de recherche de glyphosate dans les urines des habitantEs est lancée en Ariège. Elle préfigure une action nationale de grande envergure.
Les Monsanto Papers ont mis au grand jour les mensonges et manipulations de la firme sur sa molécule phare, le glyphosate, commercialisée dans le Roundup.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à agriculture