affaires

Dans la nuit du 11 au 12 septembre, on apprenait la mise en examen de Richard Ferrand pour « prise illégale d’intérêts » dans le cadre de l’affaire dite des Mutuelles de Bretagne.

Le mardi 9 juillet, le tribunal correctionnel de Paris a prononcé la relaxe de Bernard Tapie et des cinq autres prévenus dans l’affaire dite « de l’arbitrage ».
Face à l’ampleur du scandale Rugy, le ministre aux goûts de luxe a donc été obligé de démissionner aujourd’hui. Il faut dire que les révélations concernant ses pratiques illégales (et scandaleuses) commençaient à s’accumuler.
Actualité judiciaire chargée à droite, avec le procès Balkany, de nouveaux développements dans les affaires Sarkozy, et l’audition de Claude Guéant dans le cadre de l’enquête pour corruption sur l’attribution de la Coupe du monde au Qatar en 2022.
Décidément ce gouvernement et ses députés aux ordres ne ratent pas une occasion pour rendre service à leurs amis les riches.
Macron veut « rétablir la confiance des Français dans l’action publique » en moralisant la vie politique par deux lois et une réforme constitutionnelle...
Imaginez que vous ayez une dette d’impôt ou que vous n’ayez pas payé votre loyer : rapidement, vous le sentirez passer...
Le jour même où le gouvernement Macron présentait son projet de loi « pour redonner confiance dans la vie démocratique », un de ses ministres les plus emblématiques, Richard Ferrand, était visé par l’ouverture d’une enquête préliminaire suite au dépôt de plainte de l’association anti-corrupti
Le Canard enchaîné a révélé que Richard Ferrand, ex-député PS soutien de Macron et nouveau ministre, avait employé son fils comme attaché parlementaire pour 8 000 euros brut et aidé les affaires immobilières de sa compagne alors qu’il dirigeait les Mutuelles de Bretagne.
Les révélations sur « l’affaire Fillon » n’arrêtent pas de tomber. Ce pillage de l’argent public semble sans limite, on pourrait atteindre le million !

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à affaires