arguments

À l’étape actuelle, la réponse sanitaire la plus immédiate consiste à étaler le « pic » de la pandémie afin d’éviter la saturation complète du système de soins.

Arrêt de toutes les productions et activités non indispensables

Nous sommes de toute évidence partis pour une longue crise. Une période où la santé, voire la vie de chacunE est en danger, et il serait catastrophique que gouvernement et patrons puissent la gérer à leur guise.
Après deux semaines de confinement, chacunE peut mesurer à quel point la situation actuelle n’est pas viable : un confinement autoritaire et « à plusieurs vitesses », qui renforce les inégalités sociales et aggrave la situation des plus fragiles, une politique de sauvegarde des profits contradict
Interview du docteur Gérard Chaouat, immunologiste, chercheur CNRS.Bonjour, peux-tu d’abord brièvement te présenter ?
Le 12 mars, lors de sa première allocution solennelle, la main sur le cœur, Macron l’avait juré : « Il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile au grand jour le
Cet hiver, lors des épidémies, les soignantEs ne manquaient pas de masques, de gants, de solution hydro-alcoolique, enfin tout ce qui constitue un équipement de protection individuelle.
Avec la crise sanitaire, les grandes entreprises jouent les bons samaritains pour suppléer les carences de l’État. Après l’incendie de Notre-Dame, on avait déjà observé un concours de « dons » entre les grands patrons du CAC 40.
À six reprises, dans son discours télévisé du 16 mars, Emmanuel Macron a martelé que la France était en guerre.
«Quand des milliers de migrantEs sont mortEs chaque année, noyéEs, électrocutéEs, asphyxiéEs sur les routes de la migration à cause du système des frontières et des politiques anti-migratoires je n’ai rien dit. Je n’étais pas migrantE.
La crise sanitaire mondiale provoquée par le coronavirus, conjuguée à l’indigence des gouvernements, aggrave fortement les conditions de vie, déjà insupportables, des plus pauvres, des plus vulnérables, des plus précaires de la société, notamment celles des migrantEs et sans-papiers.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à arguments