(38) Isère

Dans la foulée de la réunion unitaire initiée à Paris par le NPA, nous avons proposé une rencontre aux organisations à la gauche du PS de Grenoble. La même chose a eu lieu dans le Grésivaudan et prochainement à Voiron.

La Direccte a rejeté le plan social qui prévoyait 345 licenciements sur le site de General Electric Hydro à Grenoble. 
À l’appel de l’intersyndicale, 350 personnes, salariéEs de GE, délégations d’entreprises de la ville et de la région, ont manifesté le mardi 17 octobre, avec une présence du PCF, de la FI, d’EÉLV, de Lutte ouvrière et du NPA.
Vendredi 13 octobre, Philippe Poutou était à Grenoble pour soutenir les salariéEs de GE/Alstom. 
Entretien. Depuis le 3 octobre les salariéEs de General Electric (GE) à Grenoble sont en grève contre la suppression de 345 postes de travail, soit la moitié des postes de l’entreprise.
La suppression d'emploi aidés par le gouvernement a, déjà, des conséquences catastrophiques dans plusieurs domaines, dont l’éducation.
Militant de la Patate Chaude (association de solidarité avec les migrantEs) et militant du NPA, Yves DELMONTE revient pour nous sur l’expulsion de 200 migrantEs du parc Valmy de Grenoble le 24 mai dernier.
Un quart d’heure avant le début du meeting, les chaises étaient déjà presque toutes occupées ! Assis par terre, debout au fond de la salle… ce sont presque 230 personnes, en très grande majorité des jeunes, qui ont assisté au meeting de Philippe Poutou à Grenoble lundi 13 mars.
Le 30 juillet 2010, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, prononçait le « discours de La Villeneuve ». Ce discours, il ne le fit pas dans le quartier lui-même, d’ailleurs.
Désignée « laboratoire » d’une gauche rouge-verte autour de l’équipe du maire EELV Éric Piolle, Grenoble subit aujourd’hui une sévère politique d’austérité municipale qui touche particulièrement les quartiers populaires.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à (38) Isère