Économie

Mardi 26 avril, s’est ouvert au Luxembourg le procès des deux lanceurs d’alerte et du journaliste à l’origine de « LuxLeaks », le scandale ayant démontré que le pays avait accordé de juteux avantages fiscaux aux entreprises.

Un des discours fréquemment utilisé par l’économie dominante pour vanter le capitalisme est celui de la souveraineté des actionnaires (la « démocratie actionnariale » pour parler comme Macron...) : ils seraient supposés prendre des risques en achetant des actions et, en contrepartie, pr
Uber se présente comme l’incarnation de la modernité : une plateforme informatique qui emploie des chauffeurs indépendants et crée des emplois. Mais en grattant un peu, on retrouve une tradition du grand capital : faire de l’argent et ne pas payer d’impôt.
Entretien. Porte-parole d’Attac, Thomas Coutrot revient sur les Panama papers, l’évasion fiscale et l’activité du mouvement social sur ces questions.
« Tous pourris ! » est un slogan qu’affectionne l’extrême droite, faisant mine de dénoncer les liens d’hommes ou femmes politiques avec la corruption ou les milieux financiers.
Benjamin Lemoine, éditions La Découverte, 2016, 22 euros. 
Au départ, une source anonyme qui communique à un journal allemand des archives d’un cabinet d’avocats panaméen dénommé Mossack Fonseca et spécialisé dans le montage de sociétés écrans offshore (extraterritoriales).
Toute l'extrême droite bruisse d'indignation, depuis une semaine, à propos des révélations des « Panama papers » en matière d'évasion fiscale internationale.
Chaque jour apporte désormais son lot de révélations sur les « Panama papers » : pour maintenir leur public en haleine, les journaux qui détiennent les documents, distillent les informations.Le point de départ
Les banques françaises continuent de s’ébrouer dans les paradis fiscaux afin de doper leurs bénéfices et de réduire leurs impôts.

Pages

S'abonner à Économie