Services publics

Blanquer a eu un gros coup de chaud, et pas à cause de la canicule de juin. Après avoir voulu passer en force sur la mise en œuvre de ses réformes (dans la voie générale et professionnelle) en jetant une pagaille généralisée, il a fait le choix de passer en force sur les examens.


L’Assemblée nationale doit adopter le projet de loi sur la mobilité des fonctionnaires, une attaque en règle contre leurs statuts, dans le cadre d’un vaste plan de restructuration de la fonction publique. 

Les « réformes » libérales du gouvernement s'attachent au démantèlement du service public d'éducation. De la maternelle à l'université. 

 

Le 7 juillet, Erwan Redon, professeur  des écoles à Marseille, est convoqué devant une commission disciplinaire. Il risque un licenciement pour « insuffisance professionnelle », en réalité pour désobéissance pédagogique assumée.

 

La bataille du patronat et du gouvernement contre les retraites est relancée. 
L’Assemblée nationale, puis le Sénat ont adopté définitivement le projet de loi « Bachelot » sur l'hôpital.
30 000 salariés en contrats aidés (droit privé) vont se retrouver à la porte en cette fin d'année scolaire après 2 ou 3 années passées dans les écoles sur des missions d'aide administrative à la direction d'école ou d'accompagnement d'élèves en situation de handicap.
Le désengagement de l'Etat vis-à-vis de l'école primaire publique, la mise en concurrence des écoles participent d'un projet libéral destiné à soumettre l'éducation aux lois de l'entreprise.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Services publics