Services publics

Ce jeudi 18 avril quelques 400 personnes étaient présentes à l'Assemblée générale des salarié·e·s des services publics parisiens pour parler de la loi fonction publique et de ses conséquences pour les salarié·e·s de la Ville.

Blanquer, le ministre, et Macron pensent que rien ne peut les arrêter dans leur entreprise de transformation de l’éducation. Ils rêvent d’une économie de marché de l’éducation et d’une école au service du patronat. Encore des suppressions de postes
Après sept mois de grève, malgré la répression, le combat continue.
Suite à l’évacuation des occupantEs de la maternité par les forces de l’ordre au petit matin du mardi 30 octobre, certainEs auraient pu baisser les bras et penser que le combat se solderait par un échec.
Alors que, depuis la rentrée, le ministre Blanquer a multiplié les déclarations provocatrices et les attaques directes contre l’ensemble du système scolaire, le 12 novembre sera la première journée de grève nationale spécifique au secteur de l’éducation.
Le 24 octobre, Paula, une factrice de 44 ans travaillant au centre courrier de Sarlat (Dordogne), mettait fin à ses jours à son domicile. 
La rentrée a été marquée, à l’université de Nanterre, par le procès de trois de ses étudiants, interpellés le 9 avril sur le campus alors qu’ils participaient à une assemblée générale dans le cadre du mouvement contre Parcoursup.
Dans la série « droit dans mes bottes », « je fais ce que j’ai dit », c’est Édouard Philippe qui s’y colle.
Le discours autour de la « violence » dans les établissements scolaires a fait son retour, et le gouvernement propose d’envoyer des flics dans les bahuts. Mais de quelle violence parle-t-on ?
Entretien. Depuis le 26 mars, un important mouvement de grève touche les bureaux de poste des Hauts-de-Seine (92).

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Services publics