Services publics

Blanquer a eu un gros coup de chaud, et pas à cause de la canicule de juin. Après avoir voulu passer en force sur la mise en œuvre de ses réformes (dans la voie générale et professionnelle) en jetant une pagaille généralisée, il a fait le choix de passer en force sur les examens.

Depuis maintenant sept semaines, une grosse dizaine de facteurs et factrices d’un centre de distribution à Castanet, près de Toulouse, sont en grève contre une réorganisation imposée par la direction.
Dans sa conférence de presse du 25 avril, Macron avait annoncé qu’il n’y aurait plus de fermetures d’écoles (mais pas de classes) et d’hôpitaux (mais pas de services), et présenté comme une grande innovation la perspective de création de maisons de service au public (MSAP), 2 000 d’ici la fin du
Nous devons prendre au sérieux la déclaration de Jean-Michel Blanquer au Parisien (23 février 2019) : « Nous voulons redonner une cohérence globale [à l’éducation nationale].
L’AG éducation toulousaine de vendredi 24 mai a réuni 110 grévistes qui ont voté la reconduction de la grève dans le but de construire une journée massive de grève le 6 juin.
En octobre 2017, la Ville de Marseille avait décidé de mettre en place un Partenariat Public-Privé (PPP) dans le cadre du chantier de rénovation de 34 des 350 groupes scolaires de la ville, pour un montant de 40 millions € par an pendant 25 ans… au profit de qui ? du privé !
Les AESH (AccompagnantEs d'élèves en situation de handicap (ex-AVS)) sont en lutte. Notre rôle au sein de l’Éducation nationale est d'aider des élèves handicapés à suivre dans les meilleures conditions possibles leurs études.
Le ministre empile depuis 18 mois les réformes qui détruisent méthodiquement les principes d’une école égalitaire. En effet, le bac, qui devient local, n’aura plus la même valeur suivant les lycées, et ne garantira plus l’accès à l’université qui devient sélective.
Les mobilisations dans l’éducation se poursuivent avec de grandes diversités de rythmes et d’intensité, ancrant de plus en plus profondément dans les consciences la compréhension de l’enjeu de s’opposer à l’ensemble des lois Blanquer.
Lundi 6 mai, le jour même où s’est ouvert le procès des ex-patrons de France Télécom pour « harcèlement moral » (le chef d’inculpation d’homicide involontaire, pourtant tout aussiapproprié, n’ayant pas été retenu), un agent de la SNCF se jetait sous un train devant le siège même de la

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Services publics