Services publics

Après le procès qui a suivi l’intervention policière au lycée Arago, c’est au tour des étudiants de Nanterre interpellés le 9 avril dernier, de passer en procès ce mercredi 20 juin.

La grève perlée du 2/5 (deux jours de grève/trois jours de travail) initiée le 2 avril tient. Et ce malgré une situation difficile où force est de constater que depuis deux mois, aucun autre secteur significatif du monde du travail ne s’est joint au mouvement.
Au fur et à mesure que les résultats de Parcoursup tombent, et alors que nous sommes à une semaine du bac, on commence à comprendre plus profondément la réalité de ce que donne l’algorithme qui était censé faire des miracles après APB.
De nombreuses mobilisations sont en cours à La Poste.
Tous les syndicats du secondaire et de l’enseignement supérieur, ainsi que les organisations de jeunesse, avaient prévenu que la sélection à l’entrée de l’université introduite par la loi ORE et Parcoursup toucherait avant tout les lycéenEs des quartiers populaires.
À la SNCF, c’était la douzième séquence de 2 jours sur 5 de grève du calendrier syndical UNSA-CFDT-CGT : soit les 23e et 24e jours de grève, les 28 et 29 mai. 
À l’initiative de plusieurs lycéenEs d’Arago, une centaine de manifestantEs avaient décidé, après la manifestation du 22 mai d’occuper ce lycée, situé place de la Nation, dans l’optique de contester collectivement la sélection à l’entrée à l’université et les résultats désastreux q
Entretien. Alors que la loi ORE est en train de faire ses victimes et brise les rêves de milliers de lycéenEs au sujet de leur avenir, beaucoup ne restent pas l’arme au pied face à la réforme.
On aura rarement autant menti aux étudiantEs et lycéenEs pour faire passer une réforme que les gouvernements successifs n’avaient cessé de repousser.
Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, l’avait promis dès son entrée en fonction : il allait changer le système d’admission à l’université (le site APB).

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Services publics