Politique

Ce sera sans doute une vaguelette sans lendemain, mais le mouvement « Place publique » lancé par l’écrivain médiatique Raphael Glucksmann est significatif d’un climat politique propice aux initiatives individuelles.

Nous avions engagé en juin des discussions avec Lutte ouvrière à qui nous avons proposé de faire campagne ensemble. Lors de notre dernière réunion, le 8 novembre, la délégation de LO nous a indiqué son refus.
Lundi 5 novembre, deux immeubles se sont effondrés en plein centre-ville de Marseille, causant la mort de huit personnes. Un troisième a dû être détruit par les marins-pompiers car il menaçait de s’effondrer à son tour.
Le jeudi 8 novembre, nous étions plus de 1 000 sur la place devant le tribunal correctionnel de Gap pour soutenir les « 7 de Briançon » poursuiviEs pour « aide à l’entrée sur le territoire français d’étrangers en situation irrégulière en bande organisée ». 
Le NPA Région parisienne organise un meeting le 14 novembre. Ce sera l’occasion de faire un point sur les problèmes politiques auxquels nous faisons face et de proposer des pistes de réponses.
À la suite de plusieurs rencontres avec LO à propos des prochaines élections européennes, nous avons convenu d'écrire aux camarades sur comment nous voyions la campagne qui pourrait être commune. Cher·e·s camarades,
Comme on le sait, l’Europe est au menu de ces prochains mois, dans les urnes en particulier. Et il faut que les anticapitalistes trouvent les moyens – sonnants et trébuchants – de se faire entendre. Vous nous voyez venir ?
Dans une interview publiée le 2 novembre dernier, Macron s’est déclaré frappé par la ressemblance entre la situation actuelle et celle des années 1930. Il faisait ainsi allusion à la montée des nationalismes, et a souligné la nécessité d’y résister.
Depuis plusieurs semaines, amplifiés la toute dernière, des appels se sont multipliés sur les réseaux sociaux pour bloquer routes et ronds-points le 17 novembre prochain.
En novembre 2003, l’adjoint au maire de Marseille délégué à l’urbanisme, Claude Valette, déclarait : « On a besoin de gens qui créent de la richesse. Il faut nous débarrasser de la moitié des habitants de la ville.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Politique