Économie

L’OFCE et l’Institut des politiques publiques ont mesuré les effets des mesures fiscales 2018 et 2019 du gouvernement sur le pouvoir d’achat.

Cela fait plusieurs semaines maintenant que Carlos Ghosn, le PDG de l'alliance Renault- Nissan-Mitsubishi est incarcéré au Japon. L'annonce de son arrestation s'est heurtée de plein fouet au démarrage du mouvement des Gilets jaunes.
Depuis le 1er août 2015, le taux du livret A est à 0,75%. Pourtant, l'inflation ne cesse d'augmenter depuis cette date : 0.2% en 2016, 1% en 2017 et 1,9% en novembre 2018 (dernier chiffre connu). 
Dans le journal financier les Échos du 12 novembre, on apprend plusieurs nouvelles intéressantes.
La crise des « subprimes » a été le déclencheur de la crise financière à l’été 2007. Elle a été provoquée par la politique monétaire du gouvernement étatsunien depuis 2001, qui a cherché à stimuler l’activité en maintenant les taux d’intérêt à un niveau très bas.
Les pays « émergents » n’échapperont pas aux contradictions du capitalisme financier mondialisé.
Le pire n’est probablement pas derrière nous… Le quantitative easing comme arme fatale
Trump avait promis à son électorat de restaurer la grandeur de l’Amérique en reprenant le slogan de Reagan : « Make America great again ». L’ennemi désigné est la Chine, dont la montée en puissance menace à moyen terme l’hégémonie US. 
Les cadeaux fiscaux au patronat se ramassent à la pelle en cette rentrée. 18,8 milliards d’euros distribués en 2019 aux entreprises, un pactole ! Le gouvernement a bien essayé de camoufler ce chiffre sous celui de 6 milliards de réductions d’impôts pour les ménages. C’est raté.
Dans la nuit du 14 au 15 septembre 2008, la banque américaine Lehman Brothers fait faillite. Les bourses mondiales plongent et, dans les semaines qui suivent, la croissance économique des États-Unis et de l’Europe commence à s’effondrer.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Économie