Économie

Entre mars et juin, le gouvernement aura fait adopter trois lois de finances rectificatives, consacrées essentiellement à donner des dizaines de milliards au patronat, et quelques miettes au reste de la société.

Depuis le début du confinement, le dispositif d’activité partielle (ou « chômage technique ») a coûté un « pognon de dingue » : plusieurs dizaines de milliards (31 selon la dernière loi de finance rectificative) donnés au patronat pour les aider à payer les salaires de 7 millions de salariés
La crise actuelle marque-t-elle, comme on l’entend souvent, un retour de l’État, rompant avec l’ère néolibérale ?
Lundi 8 juin, le site financier Investir titrait que, pour la Bourse de Paris, le « gap » avait été comblé, ce qui veut dire que le CAC 40 est revenu au niveau d’avant le confinement. À New York aussi la Bourse atteint le niveau du début mars.
Tous les médias l’ont claironné : le chômage baisse aux USA à la surprise générale : après avoir grimpé de 3,5 % en février à 14,7 % en avril, il aurait baissé en mai à 13,3 %.
Toute la filière, constructeurs automobiles proprement dits, équipementiers et sous-­traitants, subit depuis des années une véritable casse sociale.
D’après « un baromètre de l’attractivité » récemment publié par une société spécialisée dans le conseil aux grandes entreprises, la France était devenue en 2019 la première destination en Europe pour les investissements étrangers devant la Grande-Bretagne et l’Allemagne.
Le 18 mai, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont tenu une conférence de presse commune annonçant leur accord sur une proposition de création d’un fonds pour la relance de l’économie européenne de 500 milliards d’euros, destinés à soutenir les pays les plus touchés par la crise.
Écrit par Sortir du colonialisme Gironde, éditions Syllepse, 252 pages, 10 euros, sortie en juin 2020.
Une vague énorme de suppressions d’emplois et de licenciements est devant nous. Cette vague a commencé à frapper les USA où, en quelques semaines le taux de chômage est grimpé à 20 %.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Économie