Économie

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Par Éric Toussaint, publié par BastamagElles s’appellent Intrum, Cabot, ou encore Arrow...

Les ministres des Finances des 28 États membres de l’Union européenne ont adopté mardi 5 décembre une liste de « juridictions non coopératives », autrement dit de paradis fiscaux.
Stéphane Richard, le PDG d’Orange, est franc : il a annoncé qu’« à titre personnel, [la transformation de l’ISF] va réduire à peu près de moitié [sa] facture » fiscale. Il économisera 125 000 euros d’impôts, soit 9 années de Smic net à temps plein. 
Les grandes entreprises partent en guerre contre une surtaxe exceptionnelle de l’impôt sur les sociétés (IS) pour 2017 : l’indécence n’a pas de limite.
En 2009, au lendemain de la crise des subprimes, Sarkozy martelait sur tous les tons que « les paradis fiscaux, c’est terminé ». Le candidat Hollande avait, à son tour, promis que, lui président, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale seraient une priorité. Résultat ?
Par Claude Serfati
« Ce à quoi on assiste, c’est à un jeu de poker menteur ultra-spéculatif ». C’est ainsi que Laurent Pinatel, de la Confédération paysanne, explique la pénurie de beurre dans les grandes surfaces et les difficultés d’approvisionnement des artisans et petits industriels de la filière. 
« Si l’on commence à jeter des cailloux sur les premiers de cordée, c’est toute la cordée qui dégringole » déclarait Macron le 15 octobre dernier. La question est de savoir qui sont les « premiers de cordée » et qui ils entraînent.
« C’est un budget pour tous les Français », a déclaré sans rire le ministre de l’économie, Bruno Le Maire. En fait, le budget 2018 est un élément d’une politique globale qui tourne le dos à toute prétention égalitaire.
Kobe Steel emploie 37 000 salariéEs. Créée en 1905, la firme fournit des pièces à des grandes entreprises sur les cinq continents.

Pages

S'abonner à Économie