Egalité (autres)

Alors que la crise actuelle que nous vivons pose avec urgence la question de la rupture révolutionnaire, la question des oppressions que subissent des fractions de notre classe semble en être un moteur essentiel.

Un cap a été franchi dans la crise écologique, économique, sociale et politique.
La marche à Beaumont-sur-Oise, samedi 18 juillet, quatre ans après la mort d’Adama, a été un succès de mobilisation, même d’après les chiffres de la police (1500 en 2019, 2700 en 2020).
Entretien. À l’annonce de la composition du nouveau gouvernement, la colère des milieux féministes a été immédiate. Ce sont principalement les noms de Gérald Darmanin et Éric Dupond-Moretti qui ont suscité l’indignation, déclenchant une vague de mobilisations au quatre coins du pays.
Sous la pression des récentes mobilisations et de l’opiniâtreté de la famille Traoré, « l’affaire » Adama Traoré a connu de nouveaux développements au cours des dernières semaines.
À l’issue de sept mois de lutte (de juin 2019 à janvier 2020), les 27 travailleurs sans-papiers de l’agence Chronopost d’Alfortville ont obtenu leur régularisation.
Depuis 50 ans, nous célébrons chaque année les émeutes de Stonewall, autour de la date anniversaire du 28 juin.
Malgré certaines victoires inquiétantes, notamment à Perpignan, le RN montre les limites actuelles de son implantation militante sur le territoire et, dans de nombreux endroits, de son ancrage local.
Le 18 juillet prochain aura lieu, à Beaumont-sur-Oise (Val d’Oise), la marche annuelle commémorant le meurtre d’Adama Traoré, tué par les gendarmes le 19 juillet 2016.
Une formidable accélération politique. C’est ainsi que l’on peut décrire ce que nous avons vécu ces dernières semaines autour de la question du racisme et des violences policières.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Egalité (autres)