Egalité (autres)

Depuis le début de l’été, un bidonville de personnes réfugié-e-s et sans papiers a vu le jour dans un parc de la ville, aux abords d’un camping 3 étoiles.

Du point de vue des « problèmes liés à l’immigration » (comme ils disent…), la situation dans les villes de province est plus « soutenable » que dans les grandes agglomérations.
A l’appel des jeunes migrantEs en lutte, des travailleurEs sociaux de l’ADATE en grève et les associations DAL 38, RESF, LDH 38, CIMADE, CISEM, SOLIDAIRES, CGT éducation, etc...
« On a le droit d’être islamophobe ». La « petite phrase » du philosophe Henri Peña-Ruiz, invité lors des Amfis d’été de la FI, fin août à Toulouse, n’a pas manqué de faire réagir nombre de militantEs et collectifs antiracistes. À juste titre.
Samedi 7 septembre, 350 personnes ont manifesté leur colère pour que l’accueil des migrantEs dans la région ne se résume pas à devoir survivre dans la rue.
Mardi 3 septembre a débuté le Grenelle contre les violences conjugales, annoncé en juillet dernier par Marlène Schiappa. Il se déroule alors que plus de 100 femmes ont déjà été assassinées cette année par leur conjoint ou ex-conjoint. 
Cette année, pour la première fois, le forum central de notre université d’été a été consacré au mouvement féministe.
La carte bancaire sur laquelle l’allocation pour demandeurs d’asile (ADA) est versée chaque mois va devenir, alors qu’elle était un moyen de retrait d’argent liquide, une simple carte de paiement. Imaginez-vous du jour au lendemain privé de tout argent liquide.
C’est donc une agression à l’arme blanche dans les rues de Villeurbanne qui a servi de énième prétexte à un déchaînement raciste et anti-migrantEs.
Par Ugo Palheta, publié par Contretemps.eu. Les propos tenus il y a quelques jours lors de l’université d’été de France insoumise par Henri Peña-Ruiz, selon lequel « on a le droit d’être islamophobe » au nom

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Egalité (autres)