automobile

La grève de General Motors est entrée lundi 7 octobre 2019 dans une quatrième semaine.

Le syndicat CGT de l'usine PSA de Poissy transmet :
Alors que les constructeurs automobiles se défont d’un nombre croissant d’activités à coup de filialisation, de recours à la sous traitance et d’externalisation, Renault vient de trouver 5 millions d’euros pour acheter 40 % des parts du groupe de presse autour du magazine économique  Challenges.
Près de 500 militantEs se sont retouvés devant le tribunal de grande instance de Versailles le jeudi 16 novembre pour affirmer leur soutien aux 9 militants de la CGT PSA Poissy poursuivis pour prétendument avoir séquestré un responsable hiérarchique. 
Dans un contexte d’inquiétude générale quant à l’avenir de l’usine Ford de Blanquefort (33), une décision de justice condamnant la multinationale pourrait redonner confiance aux salariéEs.
Depuis 2 mois, le site de GM&S, sous-traitant automobile à La Souterraine, en Creuse, repris par GMD avec seulement 120 salariés sur 276, est devenu LS Industrie.
Jeudi 16 novembre, nous nous retrouverons une nouvelle fois devant le tribunal de Versailles où PSA traîne à nouveau en justice des militants de la CGT.
Depuis plusieurs années, flexibilité exige, les usines automobiles carburent à l’intérim. Chez Renault la proportion d’intérimaires dépasse 80 % sur les chaînes de montage des usines comme Sandouville ou Flins.
Alors que le Groupe PSA renoue avec les bénéfices et que l'usine de Rennes La Janais augmente ses cadences, les intérimaires se plaignent de plannifications aléatoires et de diminutions d'heures.
Par Adrien Schwyter 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à automobile