automobile

Renault a donc confirmé sa décision de supprimer 15 000 postes à travers le monde, dont 4 600 en France. Des premières ripostes ont eu leu dès cette matinée du 29 mai : il en sera rendu compte à mesure de leur déroulement.

La direction de TRW, équipementier détenu par le fonds de  pension américain Blackstone (cf. l’Anticapitaliste n°221), prévoit toujours de fermer leur site, de délocaliser en Pologne et en Slovaquie, et le plan de sauvegarde de l’emploi est au point mort.
Sur Clermont-Ferrand, une mobilisation des salariés Michelin, avec appel à la grève, a eu lieu le mercredi 11 décembre 2013.
Le 11 septembre 2013, 900 travailleurs de Peugeot à Mulhouse débrayaient, à la surprise de tous, pour dénoncer les accords ANI que le patron voulait leur imposer ainsi qu’à tout le groupe.
Le 13 mars 2013, chez Renault, trois directions syndicales (CFE-CGC, CFDT et FO) signaient un « contrat  pour une nouvelle dynamique de croissance et de développement social de Renault en France ». Sa logique : travailler plus sans gagner plus, voire en gagnant moins.
La mondialisation capitaliste de l’industrie automobile ne signifie pas son homogénéisation. Jamais en 2014 autant d’automobiles n’auront été produites et vendues dans le monde. Le basculement du monde automobile observé depuis 2007 est toujours à l’œuvre.
Entretien. Le 25 octobre dernier, l’usine PSA-Aulnay a officiellement sorti sa dernière voiture. Quelques jours plus tôt, les éditions Plein jour sortaient un « document littéraire », Avant de disparaître, chronique de PSA-Aulnay, du romancier et historien Sylvain Pattieu (1).
Samedi 23 novembre, retrouvailles avec les Contis.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à automobile