automobile

La grève de General Motors est entrée lundi 7 octobre 2019 dans une quatrième semaine.

Depuis dix ans, la concurrence s’était stabilisée au sein de l’industrie automobile mondialisée et avait permis d’augmenter partout les profits des principales firmes qui n’ont cessé d’augmenter leurs productions mondiales de voi
Ça paraît dérisoire et anecdotique mais, la semaine dernière, à 6 mois de la fin, il y avait des élections professionnelles pour le futur CSE (remplaçant du CE).
Que de contorsions nos dirigeants politiques, Le Maire en tête, Macron derrière, n’ont-ils pas réalisé ces dernières semaines pour prétendre défendre les ouvriers menacés par la fermeture de l’usine Ford de Blanquefort !
Les usines de la filière automobile en Aveyron connaissent toutes des restructurations et des suppressions d’emplois. L’usine Bosch d’Onet-le-Château, qui ne produit que pour le diesel, est particulièrement visée. 
C’est comme si on passait de la chronique d’une lutte à celle d’une mort lente. Tout est calme, au moins en apparence.
La chute de la production d’automobiles et des effectifs salariés qui s’observe en France depuis le début du siècle est violente. Elle est déconnectée des difficultés qui affectent l’usage de l’automobile.
L’usine Bosch de Rodez est la plus grande usine du département de l’Aveyron. Elle ne produit que des injecteurs et bougies de moteurs diesel. Faute de commandes, tous les lundis, la fabrication est stoppée et les employés priés de rentrer chez eux.
L’état d’urgence pour la filière automobile diesel est enfin reconnu.
Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu, publié par France bleu. Les représentants syndicaux de l'usine Ford de Blanquefort, menacée de ferm

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à automobile