Paul Martial

La prise du pouvoir par les militaires ouvre une nouvelle page dans un pays qui connait une crise sans précédent. La situation continue de se détériorer gravement.

La prise du pouvoir par les militaires ouvre une nouvelle page dans un pays qui connait une crise sans précédent. La situation continue de se détériorer gravement.
Les élections législatives des 29 mars et 19 avril ont été le déclencheur d’une mobilisation populaire qui, depuis, ne fléchit pas.
Le Covid-19 n’a fait qu’aggraver la crise économique, sociale et alimentaire que connait l’Afrique. Une détérioration qui frappe de plein fouet les populations, notamment les plus précaires.
Depuis l’apparition de l’épidémie de Covid-19, certains articles ou tribunes d’africanistes dénoncent les Cassandre qui prédisaient une catastrophe en Afrique et mettaient en avant parfois de manière un peu puérile « une capacité de résilience, d’adaptation et d’inventivité forte et éprouvée 
La ministre des Armées française Florence Parly se réjouit du succès de l’opération Barkhane qui a éliminé, le 3 juin, le chef historique d’Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi) Abdelmalek Droukdal et plusieurs de ses complices.
En Afrique le nombre de contaminés par le Coronavirus est encore faible, les quelques explications avancées liées à la démographie ou à la nature du virus restent peu convaincantes. Ces statistiques doivent être cependant tempérées.
L’Afrique est une des régions du monde pour l’instant la moins touchée par l’épidémie, mais hélas ce répit risque d’être courte durée.
Il y a sept ans, un consensus existait pour approuver l’intervention militaire française au Mali. Aujourd’hui, les critiques émergent enfin, sur la base de son bilan catastrophique.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Paul Martial